Vingt ans après, le come-back gagnant des Backstreet Boys au Zénith

Vingt ans après, le come-back gagnant des Backstreet Boys au Zénith

DirectLCI
CONCERT - Dans un Zénith plein à craquer, le boys band de Floride a ravi le public. A.J., Howie, Brian, Kevin et Nick n'ont plus vingt ans mais ont rappelé aux fans le bon vieux temps, sans oublier de faire sa pub au cours de ce show à l'américaine.

À peine sur scène, les cris stridents venus du public ne font aucun doute : les Backstreet Boys ont manqué. "Nous n'attendrons plus 15 ans pour revenir", ont-ils annoncé. Mardi, le "boys band qui a vendu 130 millions d'albums dans le monde" a fait une halte au Zénith de Paris dans le cadre de leur tournée "In World Like This". Ils peuvent se targuer de fêter vingt ans de carrière !

Les cinq garçons sont un paradoxe. Ils n'ont pas changé, mais ils ont épaissi, mûri. Mêmes chorégraphies, mêmes harmonies de voix, les chanteurs ont littéralement emporté la foule hétéroclite réunissant nostalgiques de la musique des années quatre-vingt-dix et fans du groupe toujours actif. Ce dernier a égrené tous ses tubes, de "We Got it goin' on", "As Long As You Love Me" à "Everybody" ainsi que de nouveaux titres calibrés comme leurs précédents hits. Le show réglé comme du papier à musique ne laissait rien au hasard.

Un concert plein d'auto-promo

Le groupe, désormais à la tête de KBAHN, son propre label, ne lésine pas sur les moyens pour vendre TOUT ce qu'il fait. Chacun des membres a fait le maître de cérémonie entre les chansons, des séquences d'archives, comme autant d'images subliminales sorties du long-métrage prévu pour célébrer leur vingtième anniversaire ont émaillé le spectacle. Le message est clair : Backstreet Boys, the movie est sur les rails et il ne faudra pas le rater.

Mieux : au dos des pancartes qui disent "Listen to us" qui s'élèvent dans le Zénith et que les fans ont trouvé sur leur siège, un mode d'action est décrit afin de dire aux Backstreet Boys, "combien ils ont manqué à la France". Un peu comme à la messe. Autre moment gênant du show : A.J. fait silence en mémoire de Johnny “Q” Elgani, leur garde-du-corps récemment disparu puis enchaîne en demandant au public s'ils ont acheté l'album et s'il l'a aimé. Pas besoin de déployer des trésors d'imagination pour convaincre : la ferveur qui a entouré leur retour prouve que les gars d'Orlando continueront d'être bien accueillis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter