Ycare livre un troisième album de haut vol

Ycare livre un troisième album de haut vol

DirectLCI
TALENT - Révélé par l'émission Nouvelle Star à laquelle il a participé en 2008, Ycare livre ce lundi un troisième album magnifique : "La Somone". Retour sur le parcours singulier d'un artiste original, sensible et habité.

La chevelure hirsute et le regard pénétrant, Ycare prévient : "Je ne suis ni un génie ni un affreux". Une affirmation qui fait écho à sa participation, en 2008, à l'émission Nouvelle Star . Eliminé au pied du podium, le jeune homme, alors âgé de 24 ans, n'avait laissé personne indifférent. Ses prestations habitées, à l'instar de sa réinterprétation du Bang Bang de Nancy Sinatra, émerveillaient autant qu'elles agaçaient. "Il faut avoir plus de mesure et de sagesse vis à vis des candidats, soutient-il. J'attendais un peu plus de respect. Je ne suis le bouffon de personne".

Conscient qu'il doit néanmoins "beaucoup à ce programme fort", Ycare profite de sa popularité après le télé-crochet de M6 pour soumettre ses chansons au métier. Prolifique, l'artiste livre deux albums maîtrisés. Le premier, baptisé Au bord du monde, inclut l'entraînant Alison tandis que le second, Lumière Noire, se révèle encore plus enjoué, avec notamment le tube Lap Dance, écoulé à plus de 100.000 unités en téléchargement légal. "Je dirais que j'ai une carrière diesel, explique Ycare. Je préfère ça que de retomber brutalement après une gloire brève".

Un citoyen du monde, avant tout

Cette année, la consécration méritée lui tend les bras avec un troisième album, dans les bacs ce lundi, baptisé La Somone. "Ce titre fait référence à la plage, située à environ 80km de Dakar, où j'ai grandi et commencé à écrire", explique Ycare, de son vrai nom Assane Attyé. "On avait une maison là-bas, poursuit-il. J'y ai appris à nager, à aimer, à surfer, à tomber... J'ai ri, pleuré, fumé ma première cigarette, bu ma première bière... La Somone (porté par le premier single Sors, ndlr) est un dénominateur commun. Et c'est un disque enlevé".

Citoyen du monde biberonné à la musique de Bob Marley, Ycare compose toutes ses chansons avec ce souci constant et impérieux de faire swinguer les mots. "Je suis Sénégalais, Libanais et Français, clame-t-il fièrement. Je ne peux pas être un. Ma musique non plus". Et quand il n'est pas occupé à gratter compulsivement sur sa guitare, Ycare écrit pour des artistes tels que Nolwenn Leroy, Garou, Louis Delort ou Joyce Jonathan. Son unique leitmotiv ? Le travail. "J'ai beaucoup progressé depuis mes débuts, estime-t-il. Chanter, ça se bosse. A force de tirer tous les jours, tu finis forcément par marquer". But !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter