Ceux qui ne mangent pas le matin mettent leur santé en danger, alerte une étude

Nutrition
HYGIÈNE DE VIE - Alors que le gouvernement a annoncé mardi la généralisation des petits-déjeuners gratuits à l'école pour la rentrée prochaine, une nouvelle étude vient de confirmer l'importance vitale de ce repas. Le sauter augmenterait selon elle les risques de maladies cardiovasculaires.

Le gouvernement a annoncé ce mardi la généralisation des petits-déjeuners gratuits à l'école dès septembre prochain. Déjà testé dans huit académies, le dispositif a fait ses preuves en permettant notamment à chacun de démarrer la journée avec un repas équilibré, ce qui permet ainsi d'améliorer les conditions d'apprentissage. De quoi aussi, peut-être, changer à terme le comportement des adolescents qui, selon le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (Credoc), sont pas moins de 17 % à sauter ce repas presque systématiquement. Or cette habitude, affirment des chercheurs de l'université de l'Iowa, aux États-Unis, est très mauvaise pour la santé. 


S'appuyant sur les données de 6.550 Américains âgés de 40 à 75 ans, les scientifiques affirment que ceux qui démarrent la journée le ventre vide ont plus de risques de mourir d’un problème cardiaque que les autres. Leur étude a été publiée lundi dans le Journal of the American College of Cardiology.

Un risque plus élevé de 87 %

Parmi les personnes testées, 5 % ne prenaient jamais de petit-déjeuner, 11 % le faisaient rarement , 25 % le faisaient parfois et 59 % tous les jours. Après avoir considéré l’âge, le sexe, l’indice de masse corporelle, l’origine, le statut économique, le mode de vie et l’état de santé des individus, les scientifiques ont déterminé que ceux qui ne prenaient jamais de petit-déjeuner le matin avaient 87 % de risques en plus de mourir d’un accident cardio-vasculaire que ceux qui mangeaient tous les matins.


Le docteur Wei Bao, du département d'épidémiologie de l’université d’Iowa et auteur principal de cette étude, estime dans un communiqué que le fait de sauter le petit-déjeuner incite les personnes à manger plus que de raison le reste de la journée. Cela tend à augmenter le taux de mauvais cholestérol et la pression artérielle, ce qui accroît le risque de maladie cardiovasculaire. Manquer ce repas de début de journée s'avère aussi, fait remarquer le scientifique, être un marqueur de mauvaises habitudes de vie. En effet, les Américains qui ne prenaient jamais de petit-déjeuner étaient plus susceptibles d'être en surpoids, de boire beaucoup d'alcool, d'être d'anciens fumeurs et physiquement inactifs. Ils avaient également, de façon générale, un taux de cholestérol élevé et une alimentation de mauvaise qualité. Soit autant de facteurs qui peuvent aussi entraîner un risque accru de maladie cardiovasculaire.

"Le petit-déjeuner est considéré traditionnellement comme le repas le plus - ou du moins l’un des plus - important(s) de la journée, mais il n’y a pas beaucoup de données qui permettent de dire si, oui ou non, cette croyance est juste. Notre étude compte parmi celles qui prouvent ses bénéfices à long-terme", affirme à CNN le docteur Wei Bao.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter