Composés organiques volatils, fongicides, colorants... Des moules à gâteaux qui coupent l'appétit

Composés organiques volatils, fongicides, colorants... Des moules à gâteaux qui coupent l'appétit

Nutrition
DirectLCI
DÉCONFITURE - Si vous vous attachez à la qualité de vos ingrédients lorsque vous faites un gâteau, vous devriez en faire de même avec son moule. Selon une récente enquête de 60 millions de consommateurs, les moules à gâteaux ne seraient pas tous exemplaires au niveau de leur composition.

Vous vous apprêtez à vous régaler avec une bonne pâtisserie tout juste sortie du four ? Cela va peut-être vous couper l'appétit. Selon une enquête de 60 millions de consommateurs, certains moules à gâteaux libéreraient, à la cuisson, certaines substances indésirables.


Pour son dernier numéro, en kiosque depuis le 27 décembre, le magazine a analysé dix-huit moules à gâteaux, dont neuf en silicone et neuf en avec un revêtement de polytétrafluoroéthylène (PTFE), plus connu sous la marque Teflon®. Dans les deux cas, ceux-ci émettent des substances "susceptibles de polluer les aliments", rapporte l’association de consommateurs.

Des substances indésirables susceptibles de migrer dans les aliments

Selon les analyses effectuées, les moules en silicone relâchent pour la plupart des substances indésirables, comme les produits intermédiaires de la fabrication du silicone (acétoxysilane ou encore divers additifs comme des colorants ou des fongicides) qui peuvent migrer dans les aliments "en quantités parfois non négligeables" lorsqu’ils sont utilisés avec des ingrédients gras, comme de l’huile ou du beurre. Un moule à madeleines de la marque De Buyer, le plus cher de l’essai (25 euros), fait partie des plus mauvais élèves dans ce domaine, suivi d’un moule vendu par les magasins de décoration Zodio.


Des composés organiques volatiles (COV), dont certains sont potentiellement toxiques, ont également été détectés dans ces moules. Ils peuvent eux aussi migrer dans la préparation lors de la cuisson. "Certes, tous les moules sont conformes. Mais comme l’une des références les moins chères de l’essai (la Bake me de la marque Gifi) parvient à être en-deçà de la limite de quantification, nous estimons que cette valeur devrait être atteinte pour tous les produits", précise le magazine.

Du métal relâché par les moules à revêtement type Teflon®

Si les moules en métal s'en sortent mieux de manière générale, 60 millions de consommateurs met un bémol sur leur robustesse. Lors d'un test mené avec une purée de tomates acidifiée puis avec un mélange de tomate, riz et sel, certains contenants, comme le moule à cake Tefal Easy Grip, ont vu leur revêtement PTFE dégradé à cause de l'acidité, ce qui peut avoir "des conséquences potentielles sur la santé des consommateurs", indique l'auteure de l'article, Patricia Chairopoulos.


Rayés, les moules sont d'autre part susceptibles de relâcher des particules métalliques, comme de l'aluminium ou du fer, dans les préparations qu'ils contiennent. Le record est détenu par le moule Bake me avec dix fois plus d’aluminium et deux fois plus de fer et de plomb que les valeurs réglementaires. "Mais ces dernières s’appliquant aux seuls produits neufs, le Bake me reste conforme...", regrette le magazine. Bon élève de ce test, le moule à brioche Bullar de chez Ikea, qui obtient la note de 19/20.

Si aucun des moules testés ne dépasse en soi les limites réglementaires, 60 millions de consommateurs regrette que celles-ci n'aient pas été mises à la page, étant "inadaptés aux évolutions technologiques de ces matériaux". L'ensemble de ceux-ci est en effet réglementé par un seul règlement européen datant de 2004.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter