Cuisiner un rôti polluerait davantage l'air de votre maison que celui de la ville de Delhi

Nutrition
DirectLCI
TOXIQUE - Cuisiner n'est pas toujours bon pour la santé. D'après une étude américaine, faire cuire un rôti et utiliser dans le même temps une plaque de cuisson au gaz polluerait l'air de votre maison à un niveau supérieur à celui de Delhi.

En cuisinant un bon rôti accompagné de ses petits légumes, vous pensiez sûrement bien faire. Rien de tel, effectivement, qu’un bon repas équilibré et fait maison pour la santé de ses petits chérubins. Oui, mais : auriez-vous pensé un seul instant que la cuisson de votre festin pouvait engendrer une pollution de l’air dans votre maison supérieure à celle de Delhi ? C’est ce qu’affirme une étude réalisée par une équipe de scientifiques américains. 


Lors de leurs recherches, ils ont cuisiné un repas typique de "Thanksgiving", soit une dinde, des choux de Bruxelles rôtis, des patates bouillies, une farce au pain et une sauce aux canneberges, dans une maison comportant trois chambres à Austin, au Texas. Le bâtiment était équipé de moniteurs de pollution extérieurs et intérieurs. Résultat : le rôtissage de la viande et des légumes, ajouté à l’utilisation d’une table de cuisson à gaz libérerait des particules PM2.5 en quantité industrielle. Or, d'une taille inférieure à 2,5 micromètres, ces particules peuvent être inhalées profondément dans les poumons et exacerber, entre autres, les troubles respiratoires et les maladies cardiovasculaires.

Un pic de pollution d'une heure

Durant le pic d’émission, qui a duré une heure, le niveau de PM2,5 était de 200 micro-grammes par mètre cube pendant une heure. A Delhi, sixième ville la plus polluée du monde, le niveau s’établit à 143, contre 81 à Paris. Les directives de l'OMS, qui s'établissent à 10 microgrammes, ont ensuite été dépassées pendant huit heures et demie.


Si la directrice de l'étude, Marina Vance, la décrit comme étant la plus complète à ce jour concernant les produits chimiques domestiques, elle adresse tout de même deux réserves au journal britannique du Guardian. "Nous savons que l’inhalation de particules, quelle que soit leur composition, est préjudiciable à la santé. Est-ce aussi grave que de respirer les gaz d'échappement des véhicules? Nous ne le savons pas encore", déclare-t-elle, avant de souligner l'importance de la durée d'exposition. "Cela se compare à une ville très polluée, mais il est important de se rappeler que c’était pour une courte période. Lorsque vous vivez dans une ville polluée, vous y restez 24 heures par jour."

L'équipe de scientifiques conseille quoi qu'il en soit aux amateurs de rôtis d'aérer le plus possible leur maison lors de la cuisson, en ouvrant les fenêtre et en utilisant une hôte aspirante.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter