De plus en plus d'influenceurs stoppent ce régime : quels sont les dangers du véganisme ?

Nutrition

Toute L'info sur

Alimentation, faites-vous du bien

RISQUES - C’est un mode de vie adopté par de nombreuses stars : Pamela Anderson, Stevie Wonder ou encore Venus William. Mais beaucoup en reviennent. Sur leurs chaînes YouTube, certains YouTubeurs et influenceurs annoncent ainsi renoncer au veganisme. Un régime alimentaire délicat que le nutritionniste Arnaud Cocault nous décrit.

"J’ai commencé à avoir de plus en plus mal au ventre après les repas, à avoir des crampes, des ballonnements, des problèmes de digestion…" Comme Morgane Enselme, qui expliquait en novembre 2016 avoir arrêté d’être vegan suite à des problèmes de santé, nombreux sont les YouTubeurs et influenceurs à avoir fait le même choix ces derniers mois. Certains évoquent, comme elle, des troubles digestifs et des maux de ventre, d’autres, comme le sportif Tim Shieff, des problèmes musculaires.

Depuis les différents scandales alimentaires, de plus en plus de personnes se sont détournées des aliments carnés pour préserver le bien-être animal, adoptant un régime sans viande ni poisson (végétarien), voire sans aucune protéine animale (vegan). Mais cette alimentation exempte de chair animale, de produits issus de leur exploitation (lait, œufs, miel...) est-elle vraiment adaptée à tous ? Quels sont ses écueils ? Nous avons posé nos questions au nutritionniste Arnaud Cocault.

"Il y a beaucoup de vegans qui sont en bonne santé. Le secret, c'est d'être accompagné", nous assure le nutritionniste. Car basculer d'un mode d'alimentation à un autre de façon brutale peut causer quelques désordres et souffrances qui, s'ils se pérennisent, peuvent altérer la santé sur le long terme.

Voir aussi

De nombreux risques de carences

L'un des premiers écueils se trouve dans le manque de protéines. "Nombreuses sont les personnes qui entament ce régime sans en connaître les équivalences. Or, un apport trop faible en protéines peut entraîner une perte rapide de masse musculaire" et ainsi fragiliser et affaiblir la personne adoptant ce régime, explique Arnault Cocault. Les carences en vitamine B12, qui se retrouve dans la viande, le poisson, les œufs ou encore le lait, sont aussi assez courantes. L'absence de cette vitamine, qui participe notamment à la formation des globules rouges et à la division cellulaire, peut entraîner des problèmes digestifs comme la constipation ou la diarrhée, mais aussi une importante fatigue et des troubles nerveux. 

"L’autre risque, évidemment, c’est la carence en fer. Le fer végétal, qui se retrouve par exemple dans les lentilles et le persil, est en effet moins bien assimilé que le fer animal. Et une femme d’âge moyen en période de menstruation perd naturellement du fer, ce qui peut poser des problèmes d’anémie", souligne notre nutritionniste.

Lire aussi

Des problèmes d'assimilation

Sans parler de carences, l'organisme peut d'autre part avoir du mal à faire la bascule d'un régime à l'autre, ce qui peut causer des désordres intestinaux. "Votre tube digestif n'est pas forcément prêt à recevoir beaucoup de végétaux. Vous allez sur-solliciter votre organisme avec des protéines végétales, alors qu’il était avant sous-sollicité."

De nombreuses personnes tolèrent aussi assez mal les FodMaps, ces sucres présents dans de nombreux aliments comme les céréales, le miel, les alliacées (oignons, poireaux, ail, échalote…) ou encore certains fruits (pommes, poires, cerises, melons, mangue, pastèque, abricot...). Mal absorbés par l’organisme, ils entrent en fermentation dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements et flatulences, des douleurs abdominales, des diarrhées et des constipations, voire déboucher sur le syndrome du côlon irritable.

La consultation d'un médecin avant de débuter un régime s'impose

En se pérennisant, ces erreurs peuvent nuire parfois gravement à la santé. Il est donc important de ne pas prendre à la légère un changement de régime. La première chose à faire, indique ainsi le nutritionniste, est de consulter un médecin. "Celui-ci va d'abord pouvoir s'assurer que votre santé vous permet de changer votre alimentation." Le régime vegan, faisant courir le risque d'une anémie, peut notamment représenter un danger pour les femmes enceintes.

Le médecin sera d'autre part en mesure de vous prescrire des compléments alimentaires (fer, vitamines B12, protéines végétales...) pour éviter toute carence, mais aussi de vous donner des conseils. "Car si vous prenez des suppléments en fer mais buvez du thé en mangeant, ça ne va pas le faire !", nous lance  - sans mauvais jeu de mots - Arnault Cocault, le thé empêchant la fixation du fer dans l'organisme. Et d'ajouter : "Les gens qui prennent des hormones thyroïdiennes avec du fer, ça ne passe pas non plus car le minéral inactive le levothyrox [hormone thyroïdienne, ndlr.]" En clair, rien ne sert de jouer à "l'apprenti sorcier".

Voir aussi

Les combinaisons pour un menu idéal

Supplémentation ou non, il est par ailleurs important de suivre un régime équilibré. Ainsi, le nutritionniste conseille aux vegans, pour le petit-déjeuner, un porridge à base de flocons d'avoine (riche en fibres, en protéines, en vitamines B1 et B6...) et de fruits secs (riches en protéines, en oméga-3, en minéraux...) accompagné de lait d'amande. Pour le déjeuner et le déjeuner, il insiste sur l'importance d'un mélange de céréales et de légumineuses. "Les légumineuses sont déficitaires en certains acides aminés et vous devez complémenter avec des acides aminés que vous retrouvez dans les céréales. Elles-mêmes sont déficitaires en certains acides aminés que vous avez dans les légumes secs. C’est une combinaison. Si vous faites simplement du quinoa et rien d’autre, vous n’irez pas loin !"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter