Pesticides : quels sont les fruits et légumes les plus pollués ?

Nutrition

L'ENVERS DU DÉCOR - Ils sont calibrés, reluisant et colorés. Les fruits et légumes que l'on trouve dans le commerce sont souvent beaux à voir. Mais sont-ils aussi tous bons pour la santé ? Le magazine 60 millions de consommateurs a analysé 134 produits pour y mesurer le taux de résidus de pesticides. Les résultats sont, selon ses termes, "mitigés".

Frais, surgelés, en conserve, bio ou issus de l’agriculture traditionnelle… Pour son dernier numéro en kiosque ce jeudi 27 septembre, 60 millions de consommateurs a décidé de mesurer le taux de pesticides présents dans 134 produits alimentaires répartis en huit familles (haricots  verts, petits  pois, carottes, tomates, champignons de Paris, framboises, ananas, abricots). Et le magazine l'assure, les résultats sont "mitigés".

Sur les dix-neuf références de haricots verts testés, 32% contiennent ainsi de 5 à 6 résidus de pesticides. Parmi les substances les plus présentes : le boscalide, un fongicide. Cette substance est également très présente dans les framboises, qui font partie des plus mauvais élèves. Sur quinze références, 14% comptent plus de six résidus. L'ananas, ainsi que les champignons et les tomates constituent, eux, les familles de produit les plus "propres". 

Plusieurs pesticides interdits en France détectés dans les produits

Parmi les 600 pesticides recherchés lors des analyses, quatre des types de résidus détectés dans une ou plusieurs familles de produits s'avèrent être interdits en France et dans l’Union européenne. "C’est notamment le cas du carbendazime, un fongicide prohibé depuis une dizaine d’années et retrouvé dans 14 de nos produits, surtout les haricots verts (7 références) et les petits pois (5 références)", rapporte 60 millions de consommateurs.

Et si le carbendazime est classé comme perturbateur endocrinien potentiel par la Commission européenne, deux autres résidus également interdits en France et en U.E., le linuron, un herbicide retrouvés dans quatre échantillons de carottes "pourtant toutes 'origine France'" et l'iprodione, un fongicide décelé dans deux échantillons de framboises, un d’abricots et un de haricots verts, sont classés perturbateurs endocriniens avérés.

Lire aussi

Au total, 43% des produits testés contiennent des pesticides, les produits surgelés étant les plus contaminés, les produits frais et en conserve présentant une "contamination proche".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter