Joyeux Noël : cette année, les bûches sont (presque) toutes exemptes de nanoparticules

Joyeux Noël : cette année, les bûches sont (presque) toutes exemptes de nanoparticules

Nutrition
JOYEUX NOËL - Après avoir révélé l'année dernière que de nombreuses bûches de Noël contenaient des nanoparticules potentiellement dangereuses pour la santé, Agir pour l'environnement a renouvelé son enquête cette année. L'association constate avec joie que les fabricants ont quasiment tous ôté ces substances de leurs produits. Pour autant, le combat est loin d'être gagné.

Cette année, les bûches de Noël sont à consommer sans modération. Alors qu’Agir pour l’environnement avait révélé en décembre 2017 la présence de nanoparticules potentiellement dangereuses pour la santé dans plus de 100 desserts glacés, et dans les bûches de Noël en particulier, la situation semble s’être nettement améliorée cette année. L’association s’est rendue mardi 4 décembre dans une dizaine de magasins pour passer au crible la composition des bûches. Et, surprise, "quasiment aucune des bûches que nous avons contrôlées ne contenait de dioxyde de titane", reconnaissable à la mention E171 ou TiO2 , nous annonce Magali Ringoot, la coordinatrice des campagnes d’Agir pour l’environnement. Ce minéral, utilisé dans les colorants blancs où pour faire briller les couleurs, contient en effet des particules si fines qu'elles peuvent, selon l'association, "aisément franchir les barrières physiologiques". 


Ainsi, seules les marques Ehrard et Batman "saupoudrent encore allègrement" leurs desserts glacés de dioxyde de titane, selon la nouvelle enquête d'Agir pour l'environnement. L'association épingle ainsi chez la première le "Traîneau 3 Chocolats", la "Limousine du Père Noël", la "Bûche glacée Magie de Noël Caramel Beurre Salé Crème brûlée", la "Bûche glacée Magie de Noël Caramel Chocolat Brownie", la "Bûche glacée Magie de Noël Caramel Fraise Passion Mangue", la "Bûche glacée artisanale Passion-Fraise", la "Bûche glacée artisanale Mascarpone-Myrtille" et la "Bûche glacée tradition Vanille-Chocolat". Du côté de la marque Batman, les bûchettes vanille et chocolat sont visées. 

La spécialiste note aussi la présence d'E171 dans des boîtes de chocolats de la marque Cémoi (Assortiment chocolatier – Chocolat noirs, chocolat au lait, chocolat blanc, sans alcool ; Assortiment chocolatier – Chocolat noirs et au lait chocolat blanc et griottes au kirsh ; Assortiment chocolatier – Selection de fins chocolat au lait, sans alcool ; Grands Pralinés – Sélection de fins pralinés aux noisettes et aux amandes, chocolats au lait et noirs ; Grands Assortiment – Sélection de chocolats aux accords subtils et raffinés, chocolats au lait, noirs et blancs). Mais, précise-t-elle, "ils nous ont écrit une lettre pour nous informer que c'était la dernière année où cela entrait dans la composition de leurs produits".

Les chocolats contenus dans les calendriers de l'Avent M&M's & Friends et Deneuville sont également "très susceptibles de contenir des nanoparticules" de E171.

Des nanoparticules qui inquiètent

L'intégration de dioxyde de titane sous forme de nanoparticules aux produits utilisés dans la vie quotidienne inquiète depuis longtemps les associations de défense des consommateurs. Ainsi, 60 millions de consommateurs dénonçait récemment le fait qu'il soit présent dans des crèmes anti-rides, dans les médicaments ou encore dans de très nombreuses confiseries.


Pour cause : en 2006, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane dans le groupe des substances "cancérogènes possibles chez l’homme", lorsqu'il est inhalé. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), elle, a choisi le principe de précaution en déconseillant l'utilisation des produits cosmétiques contenant des nanoparticules de dioxyde de titane sur peau lésée. L’étiquetage des nanomatériaux dans les produits cosmétiques a été rendu obligatoire à partir du 11 juillet 2013. Elle recommande également de ne pas diffuser les produits concernés (les crèmes solaires par exemple) avec des sprays aérosols, et de ne pas s'en appliquer sous forme de poudre sur le visage (fond de teint, ou encore fard à paupières). Et ce d'autant moins dans une pièce close.


Concernant les aliments, l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), qui a mené en 2017 une étude sur des rats, a conclu que l'exposition chronique au E171 favorisait la croissance de lésions pré-cancéreuses chez ces rongeurs et causait des troubles de leur système immunitaire. "Ces résultats témoignent d’un effet initiateur et promoteur des stades précoces de la cancérogenèse colorectale, sans toutefois permettre d’extrapoler ces conclusions à l’Homme", précisait cependant l'organisme dans un communiqué.

Des mesures qui se font attendre

La loi Alimentation adoptée en octobre dernier prévoyait la suspension de la mise sur le marché du dioxyde de titane d'ici fin 2018. Mais selon Agir pour l'environnement, le gouvernement serait actuellement en train de faire marche arrière, confronté à la lourdeur administrative d'une telle démarche. "Depuis le départ de Nicolas Hulot, on sent beaucoup moins de volonté politique de la part de Bruno Le Maire", regrette la responsable de campagne. Les lobbies du dioxyde de titane, selon elle très actifs, pourraient aussi être responsables de cette démotivation.

La marque de grande-distribution Casino a de son côté pris les devants en ôtant de la composition de ses produits alimentaires et cosmétiques toute trace de dioxyde de titane. Les confiseurs français ont, eux, signé une charte affirmant qu'ils se passeraient totalement du produit d’ici 2020.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Alimentation, faites-vous du bien

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter