Jus de fruits : pourquoi il ne faut pas en abuser

Nutrition

Toute L'info sur

Alimentation, faites-vous du bien

ALIMENTATION - A consommer avec modération : la consigne habituellement réservée à l'alcool peut aussi s'appliquer aux jus de fruits. Selon une récente étude américaine menée sur plus de 13.000 personnes, boire plus d'un verre de jus de fruit par jour serait mauvais pour la santé, et même au-delà engendrer un risque de mortalité plus élevé.

Pour beaucoup de Français, le jus de fruit du matin est incontournable pour démarrer la journée du bon pied. Mais d'après une étude américaine publiée le 17 mai dans la revue Jama Network Open, en boire plus d'un verre par jour peut nuire à la santé. Comme c'est le cas pour le soda. Pire : un risque de mortalité plus élevé à été observé chez les gros buveurs.


"Les jus de fruits sont encore perçus comme une option plus saine pour la santé" que certaines boissons avec du sucre ajouté, considèrent deux des scientifiques américains à l'origine de l'étude dans un article publié à propos de cette dernière. "Pourtant, ils contiennent souvent autant de sucres et de calories [que les boissons sucrées]".

La consommation de plus de 2 verres de jus associée à une augmentation de la mortalité de 11%

Si le sucre des jus de fruits est naturel, les effets sur le corps sont sensiblement les mêmes qu'avec le sucre ajouté, précisent les auteurs de l'étude. En raison de l'absence de fibres, initialement contenues dans les fruits, le sucre est par ailleurs plus rapidement absorbé par l'organisme. Par exemple dans un jus de pomme, indique une diététicienne au New York Post, "il y a presque 30 grammes de sucre et aucune fibre, alors qu'une pomme contient deux fois moins de sucres et 3 à 4 grammes de fibres". Un trop plein de glucides déjà associé à un excès de cholestérol, au diabète et à l'obésité, d'autant que l'absence de fibres empêche le sentiment de satiété et pousse donc à consommer davantage de calories.


Selon cette étude, qui s'appuie sur des questionnaires remplis pendant 6 ans par plus de 13.000 Américains sur leurs habitudes alimentaires et mode de vie, consommer plus de 350 millilitres de boissons sucrées (soit deux grands verres), jus de fruits naturels compris, est associé à une augmentation de 11% de la mortalité. Si les travaux de ces chercheurs sont les premiers à se pencher sur le rapport entre la consommation de boissons sucrées et la mortalité, Santé Publique France n'a pas attendu leurs résultats pour recommander de "ne pas en consommer plus d’un verre par jour et de prendre alors plutôt un fruit pressé".

Le lien de cause à effet encore inconnu

Boire plus d'un verre par jour revient-il pour autant à se tirer une balle dans le pied ? La réponse est non. Car si les chiffres de mortalité avancés par cette sérieuse étude peuvent paraître inquiétants, le lien de cause à effet entre la consommation de jus de fruit et les décès n'a pas pu être établi. De futures études seront nécessaires pour le déterminer (ou non).


Dans l'article rédigé à la suite de leur étude, les deux chercheurs pointent par ailleurs l'autre limite de leurs travaux : ceux-ci se basent sur des faits auto-déclarés, et ce uniquement au début de l'étude. Cela ne reflète donc pas l'alimentation des participants sur le long terme. De plus, souligne Sciences et Avenir, les personnes consommant régulièrement des boissons sucrées ont possiblement un mode de vie moins sain que ceux qui n'en boivent pas, ou moins, ce qui peut en partie expliquer ces résultats. Les auteurs de l'étude précisent d'ailleurs que 71% des participants étaient initialement en surpoids ou obèses.

La réponse de l'interprofession française des jus de fruits

Après la publication de cet article, l'interprofession des jus de fruits (Unijus) a publié un communiqué en tenant à rappeler que cette étude a été menée sur "une population américaine composée de personnes âgées (âge moyen au début du suivi de 64 ans) et dont 70% étaient en surpoids ou obèses", ce qui démontre "qu'il est impossible d’appliquer les résultats à la population adulte française". Elle souligne aussi le fait que les décès constatés lors du suivi des participants, dont les raisons ne sont pas détaillées, "auraient pu être accidentels, dus à un cancer ou à une infection", soit "autant de causes qui ne peuvent pas être associées à la seule consommation de jus de fruits".


Enfin, Unijus rappelle qu'une large étude européenne publiée en février et publiée dans le British Journal of Nutrition a mis en évidence qu’une consommation de 1 à 7 verres de 150 ml de jus de fruit par semaine (soit la quantité conseillée par l'étude américaine) "est associée à un risque de maladie cardiovasculaire réduit de 17%". Les auteurs précisent de plus que s'ils n'ont trouvé aucune conséquence défavorable pour la santé, des recherches supplémentaires sont nécessaires "avant de pouvoir tirer des conclusions définitives". Ils concluaient par le fait que "d'ici là, la consommation de fruits entiers devrait être privilégiée à celle de jus de fruit".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter