Inquiétudes autour de l'acrylamide, cette substance cancérogène présente dans les frites, les chips ou les biscuits

Inquiétudes autour de l'acrylamide, cette substance cancérogène présente dans les frites, les chips ou les biscuits
Nutrition
DirectLCI
TOXIQUE - Après l'analyse de 500 produits par dix associations européennes, le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) interpelle la Commission européenne. Il s'inquiète des fortes teneurs en acrylamide, une substance cancérogène, relevées dans de nombreux aliments grillés et frits à l'échelle industrielle.

Le test de plus de 500 produits a mené le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) à interpeller, ce mercredi 6 mars, la Commission européenne. L’objet de ses inquiétudes ? L’acrylamide, une substance qui apparaît dans les aliments riches en amidon comme les frites, les chips, les biscuits et le pain grillé, lors de leur cuisson au four, en friture ou à la poêle à plus de 120 °C.


En 2015, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) indiquait dans un rapport que ce composé "accroît potentiellement le risque de développement d’un cancer pour les consommateurs de tous les groupes d'âge" et "endommagent l'ADN", tout en affirmant qu'il s'agissait désormais d'une question de santé publique. Face à la forte dose d'acrylamide dans certains aliments analysés, le Beuc appelle la Commission européenne à baisser les teneurs indicatives de cette substance, ce qui pousserait les industriels à réduire sa présence dans leurs produits.

L'absence de seuils réglementaires en cause

"Ce test mené à l'échelle de l'Union européenne prouve qu'il est possible de produire des biscottes, des chips ou des céréales à faible teneur en acrylamide. Mais tant que les mesures seront volontaires, certains fabricants ne prendront pas la question au sérieux et les consommateurs pourraient toujours être exposés à des niveaux élevés d'acrylamide. Pour obliger les fabricants de produits alimentaires à accorder plus d'attention à ce contaminant, la Commission européenne doit fixer des limites contraignantes, comme nous l'avons demandé à plusieurs reprises", insiste dans un communiqué Monique Goyens, directrice générale du Beuc. A l'heure actuelle, le règlement mis en place par l'Union européenne précise seulement des teneurs indicatives.

Les biscuits et gaufrettes parmi les aliments les plus à risque

Les inquiétudes se cristallisent surtout autour des biscuits et les gaufrettes qui, dans un tiers des cas, dépassent encore les teneurs de référence. D’autant que beaucoup de ces encas sont donnés à des enfants de moins de trois ans, bien plus fragiles vis-à-vis des substances toxiques. "Nos associations exigent donc un abaissement de la teneur indicative de tous les biscuits vers celle des biscuits pour bébé, afin de protéger au mieux les plus jeunes consommateurs."


Le Beuc attire également l’attention de la Commission européenne sur les chips de légumes. Si elles sont considérées comme plus saines par les consommateurs, la valeur médiane d'acrylamide est près de deux fois supérieure à celle obtenue dans les chips de pomme de terre sur 27 produits analysés. "En attendant des seuils réglementaires, la Commission devrait au moins définir des valeurs indicatives pour l’acrylamide dans ces en-cas", insiste l'UFC-Que Choisir qui fait partie des associations ayant mené les tests produits.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter