La malbouffe nuirait à la fertilité des hommes et de façon irréversible

Nutrition
JUNK FOOD - Une étude suggère que les jeunes hommes dont le régime alimentaire est composé de pizzas, de hamburgers, de frites et d’autres produits transformés ont un nombre de spermatozoïdes nettement plus faible que ceux qui consomment des aliments plus équilibrés. Explications.

Et si manger des burgers, vous empêchait de faire des enfants ? C'est ce que révèle une étude très sérieuse de l'Université de Harvard, aux Etats-Unis, dont les résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie en juin 2019. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont analysé les spermatozoïdes de près de 3.000 hommes âgés de 18 à 20 ans, subissant un examen médical de routine avant de rejoindre les forces armées danoises pour le service national. 


Les volontaires ont aussi répondu à un questionnaire sur leur régime alimentaire. Ils ont alors été classés en quatre catégories par les chercheurs : ceux ayant une alimentation équilibrée (poissons, viandes maigres, fruits et légumes), les végétariens, les adeptes du régime scandinave (viandes, céréales complètes, poisson froid et produits laitiers) et enfin ceux qui ont un régime dit "occidental" (viandes rouges, plats cuisinés, fast-foods). 

Difficultés à concevoir naturellement

En fin de compte, les échantillons du dernier groupe étaient les moins concentrés, avec en moyenne 25,6 millions de spermatozoïdes par éjaculation. Un résultat très insatisfaisant puisque l’Organisation mondiale de la santé considère qu'un échantillon fertile doit en contenir au moins 39 millions. En dessous, un homme peut avoir du mal à concevoir naturellement. 


En comparaison, les hommes qui consommaient une alimentation plus saine (riche en protéines telles que le poisson et le poulet et comportant des fruits et légumes frais) et buvaient de l'eau produisait le plus grand nombre de spermatozoïdes.

En outre, les hommes de ce groupe ont vu diminuer le nombre de leurs cellules de Sertoli, dont le rôle est de nourrir les spermatozoïdes. Or, une fois ces cellules détruites, elles ne peuvent plus être rétablies. Ce qui signifierait que même si on améliore son alimentation au cours de sa vie, les mauvaises habitudes pourraient très tôt causer des dommages irréversibles. 


Rappelons qu'une étude de 2018, réalisée aux États-Unis et en Espagne, concluait que l'infertilité masculine avait explosé au cours des 15 dernières années. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter