Popeye était-il dopé ? Les épinards contiendraient une substance proche des stéroïdes

Nutrition
MANGE TES ÉPINARDS - Le créateur de Popeye avait donc tout bon. D'après une étude soutenue par l'Agence mondiale antidopage (AMA), les épinards contiennent une puissante substance, l'ecdystérone, aux effets semblables à ceux que procurent les stéroïdes. Les chercheurs recommandent à l'agence de l'ajouter à la liste des substances interdites.

Ce n'est peut-être finalement pas le fer contenu dans les épinards qui fait la force de Popeye. D'après des scientifiques de la Freie Universität Berlin, en Allemagne, ces légumes contiendraient en fait un composant semblable aux stéroïdes, interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA). Cette substance, appelée ecdystérone, permettrait d'augmenter le développement des muscles et donc les performances des sportifs.


Soutenue par l'AMA, cette étude a fait suivre un programme sportif de dix semaines à quarante-six athlètes pour observer comment la substance affectait leurs performances physiques. Des placebos ont été attribués à certains, tandis que d'autres ont reçu quotidiennement des capsules contenant autant d'ecdystérone que dans quatre kilos d'épinards.

Des performances multipliées par trois

"Nous pensions observer une augmentation des performances, mais nous ne nous attentions pas à ce que cela soit si important, affirme auprès de Vice Maria Parr, de l'Institut pharmacologique de l'université de Berlin. Pour cause, les athlètes ayant reçu les capsules d'ecdystérone ont multiplié leurs performances par trois, comparé à ceux ayant reçu un placebo. Tous suivaient pourtant le même programme.


Ces observations, qui n'ont pour l'instant pas été publiées dans une revue scientifique, poussent désormais les chercheurs à recommander à l'Agence mondiale antidopage d'ajouter cette substance à la liste de celles qui sont déjà interdites, à l'image des stéroïdes anabolisants. D'autant que l'ecdystérone est actuellement commercialisée  en tant que complément alimentaire.

De précédents avertissements

Il ne s'agit pas de la première fois que l'équipe de Maria Parr suggère à l'Agence mondiale antidopage d'ajouter l'ecdystérone  à la liste des substances interdites. En 2015, elle avait co-dirigé une étude testant l'efficacité de cet extrait d'épinard sur des rats. Ceux-ci avaient vu leurs muscles se développer de façon importante, comme avec des stéroïdes anabolisants. "Le pouvoir anabolique élevé de l’ecdystérone justifie sa classification en tant qu’agent anabolique et doit donc être répertorié dans la catégorie 'Agents anabolisants S1' de la liste des substances interdites de l’Agence mondiale antidopage", avaient écrit les chercheurs à l'époque. 


Cet essai grandeur nature, sur des athlètes, pourrait cette fois peut-être pousser l'AMA à prendre une décision.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter