Voici les villes françaises qui concentrent le plus de fast-foods par habitant

Voici les villes françaises qui concentrent le plus de fast-foods par habitant

ALIMENTATION– Le site question2santé publie ce mercredi son classement des villes françaises les plus exposées à la malbouffe. Bordeaux arrive en tête du nombre de fast-foods pour 1000 habitants, devant Limoges et Metz. Surprise, les grandes villes comme Paris, Lyon et Marseille arrivent derrière.

Comme chaque année, le site question2santé publie ce mercredi son "palmarès" des villes les plus exposées à la malbouffe. Le but est de classer les 32 villes les plus peuplées de France en fonction du nombre de fast-foods par habitant. Pour ce faire, les 16 plus importantes chaînes de restauration rapide présentes dans le pays ont été recensées en fonction de leurs emplacements dans les grandes villes.

Et pour la cinquième fois, c’est Bordeaux qui arrive en première position. Avec 0,2143 fast-food pour 1.000 habitants, la capitale girondine reste en tête de ce classement. "Cette ville si dynamique et attirante pour les étudiants possède une concentration de fast-foods impressionnante", 54 au total, note question2santé. Cette place n’a pourtant pas manqué de surprendre le fondateur du site, Kévin Jourdan. "C’est étonnant, Bordeaux a pourtant cette casquette de capitale gastronomique de France", note-t-il.

"Les chaînes de restauration rapide s’installent à proximité des jeunes"

La suite du classement semble encore plus surprenante, puisque suivent les villes de Limoges, avec seulement 25 enseignes mais 0,1885 fast-food pour 1.000 habitants, et Metz, 21 enseignes qui donnent un ratio de 0,1781. Des places sur lesquelles peu auraient parié pour des villes d’un peu plus de 100.000 habitants.

"En général, les chaînes de restauration rapide s’installent à côté d’un potentiel trafic d’étudiants ou de jeunes. Quand nous nous promenons la semaine en journée dans ces villes, il n’y a pas un grand trafic. Ce sont essentiellement des étudiants qui se promènent entre amis et vont au fast-food pour la pause déjeuner", explique à LCI Kévin Jourdan. D’où la volonté pour les grandes enseignes de s’y implanter.

Lire aussi

De moins en moins de fast-foods dans les villes ?

Avec ses 373 magasins de restauration rapide, Paris n’arrive qu’en quatrième position (0,1783 fast-food pour 1.000 habitants). Plus inattendu encore, Marseille n’atteint que la… 29e position ! Les villes les plus imposantes seraient-elles désertées par les grandes chaînes ? Non, pour Kévin Jourdan, mais il y a chez elles une multitude de fast-foods plus petits, comme les kebabs, non pris en compte ici. "A Marseille , il y a beaucoup plus de petits commerces", qui arrivent à survivre grâce à la forte densité de population, assure-t-il.

Reste néanmoins un constat dont le site question2santé peut se réjouir : depuis la mise en place de son classement, en 2015, le nombre de fast-foods diminue. "Par rapport aux années précédentes, nous voyons une hausse des fermetures" dans les villes analysées. L’an dernier, 1.259 restaurants des grandes chaînes étaient implantés dans les 32 plus grandes villes françaises. Un chiffre effectivement en légère baisse : 1.229 en 2020.

En vidéo

Tri des déchets : les fast-foods respectent-ils la loi ?

Tous les fast-foods n’ont pas été comptabilisés

Ce classement présente cependant certaines limites. D’abord, seuls les fast-foods implantés dans les grandes villes ont été pris en compte : ceux situés sur les aires d’autoroute ou en périphérie n’ont par exemple pas été comptabilisés. De plus, toutes les chaînes de restauration rapides ont été mises sur le même plan, sans différence entre les restaurants de burgers et ceux de sandwichs, à première vue moins nocifs pour la santé.

Mais Kévin Jourdan rappelle que "Subway est la plus grande chaîne de restauration rapide au monde en termes d’emplacements et n’a rien d’un repas 'healthy' : tout est industrialisé". Même constat pour les boulangeries "Paul, où il y a une standardisation de la qualité des aliments. Nous sommes d’accord pour dire que chez Paul, le danger de manger une baguette est limité. Mais si vous partez sur des sucreries et des pâtisseries, ce n’est pas sain pour le corps", explique-t-il.

De plus, seules les grandes chaînes de restauration rapide ont été prises en compte, et non les petits commerces, comme les kebabs, dont le nombre est estimé à environ 10.000 sur tout le territoire selon planetoscope. Il n’est donc pas possible d’affirmer à l’aide de ce classement que Bordeaux est la ville de France la plus "touchée par la malbouffe". Kévin Jourdan avoue d’ailleurs "ne pas avoir la réponse", mais rappelle que "sur la présence des 16 plus grandes chaînes de restauration rapide" dans les villes françaises les plus importantes, "Bordeaux est première".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

EN DIRECT - Covid-19 : l'Ordre des médecins pour un "accompagnement" plutôt qu'un isolement des malades

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Le journaliste Rémy Buisine a-t-il vraiment refusé de répondre à l'IGPN?

Qui est Michel Zecler, le producteur tabassé par des policiers ?

Lire et commenter