Manger des pommes serait encore meilleur pour votre santé si vous le faisiez de cette manière

Nutrition

Toute L'info sur

Alimentation, faites-vous du bien

PAS DE GÂCHIS - Tout est bon dans le trognon. D'après une étude autrichienne, ne pas manger le cœur de la pomme serait une hérésie. C'est en effet à cet endroit que se trouverait le plus grand nombre de bactéries, essentielles à notre bonne santé.

Avec environ 35 traitements par culture, la pomme est l’un des fruits les plus traités. Pourtant, une vieille injonction nous incite à la manger avec la peau, censée être bien plus bénéfique pour la santé que le reste du fruit. Mais selon une étude autrichienne publiée dans Frontiers in Microbiology ce mois de juillet, nous aurions tout faux. Alors que la pelure contient effectivement quatre à cinq fois plus de vitamine C que le reste du fruit, le trognon et les pépins seraient en fait bien plus vertueux.


D’après les scientifiques de l'Université de technologie de Graz, en Autriche, ceux-ci contiennent la majeure partie des bactéries du fruit. Or celles-ci sont essentielles à la bonne santé de notre microbiote, soit l'ensemble des micro-organismes de notre corps. Les bonnes bactéries, qui vivent essentiellement dans nos intestins, permettent en effet non seulement d’aider à la digestion de la nourriture, de transformer les glucides en énergie grâce à la fabrication de vitamines mais aussi de nous protéger contre les bactéries pathogènes. Renforcer leurs troupes en ingurgitant des aliments riches en bactéries ne peut donc qu'améliorer notre santé.

100 millions de bactéries, la plupart dans le trognon

"En regroupant les données de différentes pommes que nous avons analysées, nous avons estimé qu’une pomme de 240 grammes contient environ 100 millions de bactéries", explique dans un communiqué l’auteure principale de l’étude, Gabriele Berg. Le trognon et les pépins en contiendraient la majeure partie. Le reste se répartirait dans la pulpe (30 millions de bactéries) et dans la peau (3 millions de bactéries).


Après les multiples alertes des autorités sanitaires concernant la toxicité des noyaux et pépins de fruits, il peut sembler étrange que des scientifiques recommandent d'avaler des pépins de pomme. Ceux-ci contiennent en effet de l'amygdaline qui, une fois digérée, se transforme en cyanure. Cela peut conduire à des signes d’intoxication aiguë tels que des convulsions, des troubles respiratoires, une diminution de la fréquence cardiaque, une perte de connaissance, voire un coma. Mais selon Frances Largeman-Roth, experte en nutrition interviewée par le média américain Today, "manger occasionnellement le trognon d'une pomme n'est pas très grave du point de vue de la sécurité", tant la quantité d'amygdaline serait faible.

En vidéo

La saison des pommes tient ses promesses !

Les pommes bio bien plus intéressantes

Mais attention à ne pas choisir n'importe quelle pomme. Dans leur étude, les chercheurs ont comparé la teneur bactérienne de pommes issues de l'agriculture conventionnelle par rapport à celles issues de l'agriculture biologique. Si les fruits, quel que soit leur mode de culture, contenaient à peu près le même nombre de bactéries, leur diversité était bien moins importante dans les pommes conventionnelles.


"Les pommes fraîchement récoltées et gérées de manière biologique hébergent une communauté bactérienne nettement plus diversifiée, plus homogène et distincte, par rapport aux communautés conventionnelles", explique Gabriele Berg. Certaines bactéries pathogènes, ont d'autre part été repérées dans la plupart des fruits traités de manière chimique, à l'image des shigelles. Ces bactéries sont très proches d’Escherichia coli, responsable de nombreuses gastro-entérites chaque année.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter