Nutri-score : la présence du logo encore infime dans les rayons

Nutri-score : la présence du logo encore infime dans les rayons
Nutrition

Toute L'info sur

Le 20h

PEUT MIEUX FAIRE - Créé en 2017, le Nutri-score, cette petite pastille collée sur l'emballage de certains produits alimentaires, indique au consommateur à l'aide d'une lettre si ceux-ci sont bons ou mauvais pour la santé. Mais il n'est pas obligatoire pour les industriels et du coup, il est difficile de l'apercevoir dans les rayons : sa présence y est encore beaucoup, beaucoup trop rare selon une enquête menée par l'UFC-Que Choisir.

Connaissez-vous le Nutri-score ? Les clients d'un supermarché interrogés par TF1 dans le sujet du JT de 20 heures de cet article sont plus ou moins perplexes face à cette question. "Pas du tout", répond l'un, quand une autre donne la bonne réponse : "Ah, ce sont les petits symboles pour voir la qualité" de ce qu'on achète. "Il faudrait que tous les produits aient le Nutri-score et on choisirait en fonction", considère une troisième, avant qu'une dernière ne conclut : "Je trouve qu’on ne nous aide pas à faire nos courses, et pourtant il faut mieux manger".

Mis en place en 2017, ce système d'étiquetage, qui attribue cinq lettres (A, B, C, D et E) et un code couleurs, du vert au rouge, en fonction de la qualité nutritionnelle de l'aliment, n'est pas obligatoire pour les industriels. Et du coup, beaucoup se gardent bien de l'apposer sur leurs emballages. Au final aujourd'hui, d'après une étude de l'association UFC-Que Choisir, cet étiquetage n'est affiché que sur... 5% s des produits vendus en grande distribution. 

Lire aussi

La situation évolue néanmoins

Il faut dire que s'il était obligatoire, certains produits risqueraient de se vendre beaucoup moins bien. Les équipes de TF1 en ont ainsi soumis trois destinés aux enfants à Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC-Que Choisir : selon lui, la boîte de céréales, le paquet de biscuits fourrés au chocolat et les gourdes de jus multivitaminé qui lui ont été apportés auraient écopé des notes D, E et E. "On a actuellement en France un enfant sur cinq qui souffre d’obésité et de surpoids, notamment du fait des recettes un peu déséquilibrées de l’industrie agroalimentaire. Donc il serait indispensable et urgent d’avoir l’information simple, facilement compréhensible que constitue le Nutri-score sur les emballages", fait ensuite valoir l'expert de l'association de consommateurs.

La situation évolue toutefois : 140 marques et enseignes se sont engagées à afficher le Nutri-score sur leurs produits. Le géant agroalimentaire Nestlé, qui avait annoncé en juin l'adoption du Nutri-Score pour tous ses produits vendus en Europe sur une période de deux ans, a ainsi précisé mardi que le déploiement commencerait au premier semestre 2020 en France et dans quatre autres pays. Le même jour par ailleurs, le premier groupe de distribution français E.Leclerc et le géant de la restauration collective Elior ont annoncé leur adhésion au Nutri-Score.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter