Œufs bouillis dans l'urine, vin de souriceaux... Le "Musée de la nourriture dégoûtante" veut vous ouvrir à la diversité culinaire

Nutrition
DirectLCI
BON APPÉTIT BIEN SÛR - Attention, cette exposition peut heurter la sensibilité des plus fragiles. À Los Angeles, le "Musée de la nourriture dégoûtante" a ouvert ses portes dimanche. Il offre à la dégustation quatre-vingt spécialités internationales toutes plus répugnantes les unes que les autres pour les Occidentaux que nous sommes. Objectif : ouvrir l'esprit des visiteurs à d'autres formes d'alimentation.

A l'entrée, une hôtesse vous attribuera en guise de billet... un sac à vomi. Le "Musée de la nourriture dégoûtante" a été inauguré dimanche à Los Angeles. Un lieu où sont présentés et soumis à dégustations quatre-vingt plats issus de différentes cultures et qui peuvent être, pour nous, Occidentaux, particulièrement peu ragoûtants. Le but ? Ouvrir l'esprit des visiteurs à d'autres façons de s'alimenter.


"Si nous pouvons changer ce que les gens considèrent comme dégoûtant, peut-être pouvons-nous aussi les préparer à accepter des nouvelles formes de protéines durables", a déclaré à l'AFP Samuel West, fondateur de l'exposition. "Le but est de faire prendre conscience aux gens que nous ne devons pas juger la nourriture des autres cultures trop hâtivement. Mais on ne pouvait pas appeler ça 'Musée de la nourriture durable' ou 'Exposition des différences culturelles', personne ne serait venu".

Des œufs à l'urine au vin de souriceaux macérés

Au menu de cette exposition, vous trouvez  ainsi du vin de souris chinois, obtenu en noyant des bébés souris dans de l'alcool de riz et en les y laissant longuement macérer. 

Les "œufs de garçonnet", un mets traditionnel de l'est de la Chine, sont tout aussi peu ragoûtants. Derrière leurs allures de banals œufs durs, ils s'avèrent être bouillis dans l'urine de garçons prépubères. Et si, en arpentant les allées de ce musée, une odeur vous chatouille particulièrement le nez, il s'agit certainement du surstromming. Ce plat suédois est élaboré à base de hareng de la mer Baltique cru, fermenté durant au moins six mois. Son fumet est considéré comme l'un des plus forts au monde. Une légende raconte même qu'un propriétaire allemand a expulsé son locataire en 1981 pour en avoir ouvert une boîte dans la cage d'escalier. 


Lors de cette exposition, la France est particulièrement représentée puisque deux de ses fromages sont à l'honneur : le fameux "casu marzu", fromage de brebis de Sardaigne qui a la particularité de grouiller d'asticots, et l'époisses, ce fromage bourguignon particulièrement odorant.

Des incidents diplomatiques en vue ?

 Initialement lancée en Suède, cette exposition n'a pas manqué de vexer quelques pays. "Le Vegemite d'Australie est en train de causer un incident diplomatique", a ainsi regretté Andreas Ahrens, le conservateur du musée. Cette pâte à tartiner brun foncé et salée produite à base d'extraits de levure se mange généralement au petit-déjeuner, étalée sur des toasts. Les Américains, eux, ne digèrent pas la présence de la "Root beer", ce soda douceâtre aromatisé au sassafra et à la salsepareille, et des Twinkies, génoises fourrées à la crème, bourrées de gras et de sucre. "Quant aux Péruviens, ils sont mécontents de voir que nous avons mis le cuy, cochon d'Inde grillé, un célèbre plat de leur pays", a poursuivi le conservateur. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter