La viande rouge inoffensive pour la santé ? Une polémique qui fait pshitt

Nutrition

EXPLICATIONS - Alors que les autorités sanitaires nous incitent à réduire notre consommation de viande, une équipe de chercheurs internationaux affirme qu'elle n'aurait pas de réel impact dans la prévention des cancers et des maladies cardiovasculaires. La déléguée à la recherche à la Ligue contre le cancer nous apporte son éclairage sur cette étude polémique parue lundi.

Depuis sa parution lundi, il sème un vent de confusion et de colère. Le réexamen par une équipe de chercheurs internationaux de douze études sur la consommation de viande rouge et de charcuterie, publié dans la revue Annals of Internal Medicine, n'a pas du tout plu à certains experts de la santé. Et pour cause : les auteurs concluent que se nourrir régulièrement de viande rouge et de charcuterie n'augmente que faiblement le risque de cancers et de maladies du cœur. Ils estiment par ailleurs que les preuves de la nocivité de ces produits carnés sont incertaines, et conseillent de ce fait "aux adultes de continuer leur consommation actuelle de viande rouge", soit une moyenne de trois à quatre portions par semaine en Amérique du Nord et en Europe. La consigne est similaire pour la charcuterie.

Si ces recommandations semblent contredire celles des autorités sanitaires, Iris Pauporté, déléguée à la recherche à la Ligue contre le cancer, estime quant à elle auprès de LCI que cette publication ne mérite pas la foudre qu'elle attire.

L' étude rejoint finalement les recommandations de Santé publique France

"Il est tout d'abord important de préciser que l'étude a été publiée dans un bon journal et a été conduite de façon très rigoureuse", souligne-t-elle, avant d'attirer l'attention sur la façon dont ont procédé les chercheurs pour mener ces travaux : les auteurs ont pris en considération des études déjà publiées sur le sujet, dans lesquelles la consommation de viande était de trois à quatre portions par semaine. En analysant leurs résultats, ils ont conclu qu'il n'était pas possible d'affirmer que la réduction de ces quantités pouvait conduire à une baisse sensible du nombre de cancers et de maladies cardiovasculaires. 

"Mais la base de trois à quatre portions par semaine, c'est déjà ce qui est aujourd’hui recommandé par Santé publique France", fait remarquer Iris Pauporté. Donc clairement, pour le consommateur, cela ne change en rien à ce qui a déjà été conseillé par les pouvoirs publics." Pour la déléguée à la recherche à la Ligue contre le cancer, la seule information que cette étude met en lumière est que la consommation actuellement recommandée par les autorités sanitaires induit un très faible risque de cancer. Partant de ce raisonnement, il n'y aurait donc aucune raison de réduire sa consommation moyenne.

Voir aussi

La charcuterie cancérogène ? Oui, mais à partir d'une certaine quantité

Pourquoi, dans ce cas, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a-t-elle classé la viande transformée, essentiellement la charcuterie, dans la catégorie des agents "cancérogènes pour l’homme", et les viandes rouges dans celle des agents "probablement cancérogènes" ? Tout dépend en fait des quantités consommées, rappelle Iris Pauporté. Ainsi, alors que l'OMS affirme qu'"une portion de 50 grammes de viande transformée consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 %", l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de n'en consommer que 25 grammes par jour. Malgré un risque "plus difficile à estimer" pour la viande rouge, l'OMS indique que les données des mêmes études que celles utilisées pour établir le risque lié à la consommation de charcuterie "laissent penser que le risque de cancer colorectal pourrait augmenter de 17% pour chaque portion de 100 grammes de viande rouge consommée par jour". Ainsi, l'Anses conseille de se limiter à 70 grammes par jour.

De plus, ajoute Iris Pauporté, même si les preuves apportées par ces études sont considérées incertaines par les auteurs des travaux, "ce sont tout de même ces travaux qui ont permis d’arriver à des standards de consommation de viande inférieurs à ce qu’ils étaient auparavant."

Lire aussi

Les effets d'une réduction de la consommation de viande sur l'obésité non explorés

La déléguée à la recherche à la Ligue contre le cancer regrette cependant l'absence de prise en compte du risque d'obésité dans cette étude. "Nous estimons qu’il y a, en France, environ 3.500 décès par cancers dus à l’obésité chaque année", indique-t-elle. L'obésité est aussi liée à un risque plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral...). Or, abaisser sa consommation de viande pourrait possiblement faire baisser l'obésité. Selon une étude hollandaise menée auprès de 9.641 adultes pendant 26 ans et présentée l'an dernier lors du Congrès européen sur l’obésité, l’adoption d’un régime végétarien ou flexitarien permettrait en effet de réduire le risque d’obésité liée à l’âge.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter