Résidus de pesticides, toxines... Le pain dont nous raffolons tant loin d'être tout blanc

Nutrition

ENFARINADE - Selon une enquête de 60 millions de consommateurs parue ce jeudi 24 janvier, de nombreux pains artisanaux ou de supermarché contiendraient des traces de pesticides, des toxines et des additifs dont le consommateur n'a pas connaissance. Un bilan peu brillant qui fait suite à l'analyse de 65 références.

Il est l’un des piliers de notre alimentation. Chaque jour, les Français consomment en moyenne 94 grammes de pain, soit près d’une demi-baguette. Pourtant, depuis plusieurs années, il s’en vend de moins en mois. Selon une récente étude de l’institut CSA, une personne sur cinq estime qu’il faudrait en manger "le moins possible". Et avec la nouvelle enquête de 60 millions de consommateurs, il est vrai que la question peut se poser.

Pour son dernier numéro, sorti en kiosque ce jeudi 24 janvier, le magazine a fait analyser quinze pains de mie nature, dix pains de mie aux céréales, seize baguettes classiques et tradition, douze pains boule, meule et pavé et douze pains complets dans lesquels ont été recherchés des pesticides, des mycotoxines, et dont la composition a été analysée. L'enfarinade ne semble pas bien loin.

Des additifs à gogo

Il semble loin, le temps de la bonne miche de pain. Aujourd'hui, bon nombre de produits vendus dans les boulangeries, même artisanales, ont perdu de leur croustillant. Une réalité qui s'explique entre autres par le fait que les boulangeries sont de moins en moins nombreuses à fabriquer leur propre pain. "La plupart des indépendants travaillent avec un ou plusieurs moulins, qui les fournissent en farines et assemblages de farines prêts à l’emploi", indique ainsi la journaliste Patricia Chairopoulos, auteure de l'article. Or, ces mélanges sont loin d’être aussi simples que la joie éprouvée lorsque l'on croque dans le croûton encore tiède.

La législation autorise en effet l'ajout de 14 additifs dans la fabrication de la baguette blanche, et plus encore pour les pains spéciaux. Les pains "sans gluten" sont particulièrement touchés par l’ajout de ces substances puisqu'elles viennent compenser l’absence de ce constituant qui donne à la pâte son élasticité et sa force. Et cela serait moins préoccupant si ces additifs figuraient sur l'étiquette. Ce qui n'est pas le cas. Aucun moyen pour le consommateur, donc, de savoir que son pain du matin contient des mono- et diglycérides d’acides gras (E471), qui servent à lutter contre le “cloquage” des croûtes en pousse. "Pour éviter les additifs chimiques, on peut toujours choisir le pain “de tradition française”, encadré par le 'décret pain' de 1993", note le magazine.

Des pesticides dans la moitié des pains

Le problème s’aggrave encore concernant les pesticides. Parmi les références testées, plus de la moitié contiennent des résidus de pesticides, dont le pain complet de Paul et les pains de mie "Épi d’or" de Marque Repère, le "longue conservation" de Carrefour ou "l’extra moelleux" d’Auchan. "Par ailleurs, plusieurs des molécules retrouvées sont reconnues comme des perturbateurs endocriniens ou suspectées de l’être, comme la cyperméthrine, présente dans 10 références".

Lire aussi

Quant aux mycotoxines, ces toxines produites par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes et susceptibles de provoquer divers troubles (vomissements, anémie, voire convulsions), elles sont également retrouvées dans plusieurs pains. "Que l’on se rassure : les quantités retrouvées restent en deçà des seuils réglementaires, à l’exception de deux baguettes : la référence Auchan, qui dépasse la valeur maximale pour le déoxynivalénol (ou vomitoxine), et la Carrefour bio, hors des clous pour l’ochratoxine A", fait remarquer 60 millions de consommateurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter