Valeurs nutritionnelles des aliments : peut-on vraiment faire confiance aux applications ?

Valeurs nutritionnelles des aliments : peut-on vraiment faire confiance aux applications ?

LE GRAND FORMAT – Avant d’acheter un produit alimentaire, de plus en plus de Français le scannent sur leur smartphone afin de connaître ses valeurs nutritionnelles. Mais peut-on vraiment faire confiance à ces applications ? TF1 a mené l’enquête.

C’est devenu un geste habituel pour beaucoup de consommateurs dans les supermarchés : scanner le produit sur leur smartphone avant de l’acheter. Des dizaines d'applications permettent désormais de mesurer les apports nutritionnels des aliments et de connaître leur composition exacte. Elles ont déjà séduit 15 millions d'utilisateurs en France. "Je suis favorable à une transparence totale des valeurs nutritionnelles de tous les produits alimentaires, c’est nécessaire", indique d'ailleurs un consommateur au micro de TF1, dans la vidéo en tête de cet article.

Mais peut-on vraiment faire confiance à ces applis ? Pour le savoir, TF1 a comparé les valeurs nutritionnelles de deux produits de grande consommation, un paquet de jambon et un fromage, via deux applications différentes. Problème : si le jambon est bien noté dans un cas (69 sur 100), il semble beaucoup moins bon dans l’autre, avec un nutri-score de C (sur une échelle allant de A à E) et une alerte sur le niveau de transformation du produit.

Toute l'info sur

Le 20h

Lire aussi

Des méthodes de calcul différentes selon les applications

Alors comment fonctionnent ces applications ? Yuka, la plus populaire, note les produits sur 100 en fonction de plusieurs critères : le nutri-score (60%), la présence d’additifs (30%) et le bio (10%). Un calcul arbitraire, mais assumé. "N’importe quelle méthode de notation est imparfaite puisqu’elle ne peut refléter toute la complexité d’un sujet comme la nutrition", justifie à TF1 Julie Chapon, la créatrice de l’application. "Par principe de précaution, nous sommes plus stricts sur les additifs", ajoute-t-elle.

Open Food Facts, une autre application, propose, une méthode de calcul différente. Chez elle, pas de note, mais des couleurs qui sautent aux yeux. Elle indique le nutri-score ainsi que l’échelle Nova, qui signale le niveau de transformation du produit. Plus la couleur tire vers le rouge, plus l'aliment est jugé à risque.

Les marques réagissent pour être mieux notées

Alors, à qui faut-il se fier ? Selon une diététicienne, si ces applications apportent une indication, elles ne reflètent pas toujours ce qui se trouve dans nos assiettes. "L’application donne une note ou une couleur. Mais c’est toujours pour 100 grammes de produit", note Ysabelle Levasseur, diététicienne-nutritionniste. "Or, nous ne mangeons jamais 100 grammes de beurre. Il faut donc prendre du recul par rapport aux notations et aux quantités consommées", prévient-elle.

Ces applications ont en tout cas le mérite de faire bouger les industriels. Certaines marques n’hésitent plus à modifier les recettes de leurs produits afin d'obtenir une meilleure note ou une meilleure couleur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

EN DIRECT - Election US : Trump appelle ses partisans à "inverser" le résultat, Biden lui répond

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prolonge ses restrictions jusqu'en janvier 2021

Lire et commenter