A Londres, un trader au salaire à 7 chiffres suspendu pour… vol de sandwichs à la cantine

A Londres, un trader au salaire à 7 chiffres suspendu pour… vol de sandwichs à la cantine
Open-space

INSOLITE - Un trader de 31 ans, parmi les plus en vue au niveau européen, a été suspendu par son employeur, la banque d’investissement Citi Group. Il est accusé d’avoir volé des sandwichs dans la cantine du bureau.

Il gagnerait plus d’un million d’euros par an. Un salaire à 7 chiffres. Et c'est l’un des traders les plus pointus en matière de crédit en Europe. Pourtant, il vient d’être suspendu par son employeur. 

Mais c’est surtout le motif du renvoi qui laisse songeur : Paras Shahn, 31 ans, trader star à la Citi, une banque d'investissement américaine dont une filiale est basée à Londres, est accusée d’avoir "volé des sandwichs à la cantine du personnel".

Voir aussi

On ne sait pas combien de sandwichs ce trader sans doute affamé aurait volé, ni pendant quelle période les larcins qui lui sont reprochés ont eu lieu, souligne le Daily Mail. Mais une chose est sûre : Citigroup a suspendu le mois dernier celui qui était l'un de ses principaux négociants obligataires à Londres, après que la banque d'investissement l'a accusé du chapardage de nourriture. 

Paras Shah était responsable des opérations obligataires à haut rendement de Citi pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. Il avait rejoint le groupe en 2017, après environ sept ans chez HSBC. Son travail consistait à jumeler des acheteurs et des vendeurs d'obligations indésirables - des dettes d'entreprises jugées être des emprunteurs plus risqués. Un homme "apprécié et prospère", racontent deux de ses anciens collègues au Financial Times.

Un peu sévère ?

Si les motifs de ces supposés vols restent flous, la sanction peut elle aussi paraître disproportionnée. Pourtant, dans le passé, les institutions financières et les régulateurs du Royaume-Uni ont déjà sévèrement puni des personnels accusés de s'être livrés à des fautes personnelles telles que le vol, même avec de petites sommes d'argent.

Ainsi, rapporte le Daily Mail, la banque japonaise Mizuho Bank a licencié en 2016 un banquier londonien surpris en train de voler une pièce du vélo d'un collègue d'une valeur d'environ 5 livres. Deux ans plus tôt, Jonathan Burrows, un ancien cadre de BlackRock, avait confessé, après avoir été pris sur le fait, avoir resquillé pendant plusieurs années en matière de transports, en validant un simple ticket de métro pour son trajet quotidien d'1h20 dont le billet aurait dû coûter trois fois plus cher. Pour ce motif, la Financial Conduct Authority avait interdit à l'ex-gestionnaire de fonds tout futur poste de direction dans le secteur financier britannique. Jonathan Burrows avait fini par payer près de 43.000 livres (un peu moins de 51.000 euros) aux trains du sud-est pour échapper à des poursuites et régler l'affaire…

En ce qui concerne l'histoire de Paras Shah, le Financial Times a tenté de joindre Citi Group, qui se refuse à tout commentaire. Quant au principal concerné, il a aussi rejeté par mail les demandes d'explication, renvoyant pour celles-ci à son employeur.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent