Après le "ghosting" sur Tinder, qu’est-ce que le "breadcrumbing" au travail ?

Open-space

ANGLICISME - Des nouvelles pratiques, créées par les réseaux sociaux et les smartphones, surgissent en matière de "dating", mais aussi dans l’univers du travail. Comme le "ghosting" mais surtout, le "breadcrumbing". Explications.

En amour, l’ère 2.0 a apporté de nouvelles pratiques et nouveaux comportements. Sont-elles en train d’arriver dans le monde du travail ? C’est possible. Ces dernières semaines, plusieurs articles anglo-saxons se penchent en tout cas sur le phénomène. 

Exemple : les aficionados de Tinder et autres sites de rencontres savent bien ce qu’est le "ghosting", cette façon de disparaître sans donner de nouvelles, après vous avoir laissé entendre que vous étiez l'homme/la femme de sa vie. Ce qui, au travail, peut se traduire par une personne qui vous contacte, via Linkedin, vous explique qu’elle recrute pour son équipe et voit en vous le profil parfait. Vous vous rencontrez, elle met les petits plats dans les grands, vous demande, à titre de test, de réaliser un dossier ou une mission, que vous effectuez… et  d'un coup, vous ne recevez jamais de réponse à votre mail. Malgré les relances sous divers formats, mails, appels, Linkedin. Vous avez été "ghosté". Effacé.

Voir aussi

Distribuer des miettes

Existe aussi, dorénavant, la pratique du "breadcrumbing", littéralement "distribuer des miettes", pas vraiment nouveau dans les faits, mais dorénavant identifié par cet anglicisme : le "breadcrumbing", c’est une manière de laisser espérer que quelque chose soit possible, l’art de faire mariner, en envoyant, de temps en temps un message, une photo, qui vous tiennent l’autre en haleine... sans qu’il ne se passe jamais rien. Un "breadcrumber", c'est cet ex qui apparaît, disparaît, réapparaît ; c’est ce garçon ou cette fille qui vous drague une nuit, puis semble vous oublier, mais mett des "likes" ou des commentaires sous vos posts Instagram... vous laissant là encore penser que vous lui occupez toujours l’esprit. 

Mais en fin de compte, un "breadcrumber" est une personne qui n’est pas prête à s’engager, du moins pas avec vous tout en voulant que vous soyez en attente, juste au cas où. Ce genre de pratique peut ainsi être assez préjudiciable dans la vie personnelle… mais tout aussi nocive dans la vie professionnelle.

En vidéo

Tinder, le site qui emballe !

Détecter le "breadcrumber"

C'est le site britannique The Stylist qui, le premier, remarque l'irruption de cette pratique dans la vie professionnelle, via un article intitulé Breadcrumbing au travail : comment le reconnaître et quoi faire quand on y est confronté. Au travail donc, le "breadcrumbing" peut prendre plusieurs formes mais le point commun est que cela s'étale dans le temps. 

C’est, par exemple, ce patron qui vous laisse entendre que votre travail est bon, et qu’il veut vous récompenser avec une promotion ou une augmentation…  sans ne jamais donner suite. Ou encore ce collègue qui loue vos mérites juste avant de vous demander un service, puis semble vous oublier et recommence à vous parler s’il a à nouveau besoin de vous. Le "breadcrumbing" peut même commencer avant que vous ne soyez en poste, indique The Stylist : "C’est un employeur éventuel qui vous promet des tâches fabuleuses dans un emploi, ces promesses continuent une fois que vous avez obtenu le job, mais ne se concrétisent jamais vraiment." 

Réagir à cette pratique

Comment faire ? D’abord, il convient d'identifier la pratique et la personne qui la perpétue. Si c’est votre supérieur, qui vous a promis une hausse de salaire ou une promotion, il faut l’empêcher d’être fuyant sur le sujet, demander une réunion officielle, bien indiquer qu’il s’agit de parler de progression de carrière, préparer l’entretien. Si le "breadcrumber" est un collègue, n’hésitez pas à poser des limites, à lui expliquer ce que vous êtes disposé à faire, ou pas, pour lui, et ne pas le laisser tirer la couverture à lui. Enfin, estime The Stylist, déterminez pourquoi ces personnes continuent à vous garder sous leur coupe : leurs éloges vous font-ils se sentir mieux ? Auquel cas, il faut tâcher de renforcer son estime de soi, apprendre à ne pas se déprécier. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter