Bise, poignée de main... De retour au travail, les salariés vont-ils changer leurs habitudes ?

Bise, poignée de main... De retour au travail, les salariés vont-ils changer leurs habitudes ?
Open-space

HABITUDES - D’après un sondage mené par la plateforme Qapa.fr, 72% des Français ne feront plus la bise à leurs collègues... Mais 54% continueront de leur serrer la main.

La crise sanitaire aura-t-elle un impact sur l’attitude des salariés et les rapports humains au travail, après le confinement ? C’est ce qu’a voulu savoir la plateforme d'interim Qapa.fr, et les résultats de l'enquête montrent que beaucoup de choses ne seront sans doute plus comme avant...   

D'abord, dans les attitudes :  la bise aux collègues risque de devenir une pratique... d'un temps révolu. 72% des Français sondés indiquent qu’ils n’embrasseront plus leurs collègues. Dans le détail, si 34% ne le faisaient déjà pas avant le coronavirus, 38% les rejoindront et ne le feront plus également. 

Lire aussi

Les femmes plus sensibles que les hommes

La poignée de main fait de la résistance et va encore rester dans les mœurs au travail mais davantage chez les hommes ! Ainsi, 66% des hommes disent qu'ils continueront à serrer la main de leurs collègues contre 58% des femmes qui ne le feront plus.

Les Français sondés seront aussi à l’avenir plus suspicieux des infections et des contaminations. Alors qu’avant cette crise, de nombreux arrêts maladie prescrits n’étaient pas pris, aujourd’hui, 48% des sondés indiquent qu’ils refuseront d'aller travailler en commençant à être malades.  Les femmes sont d’ailleurs plus précautionneuses : elles sont 57% à déclarer vouloir rester chez elles en cas de maladie alors que 61% des hommes iront travailler quand même malgré leur état.

En vidéo

Camille Combal : "Respectez bien les gestes barrières, soyez responsable"

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Baisse de salaire ou du temps de travail : une entreprise peut-elle l’imposer pour traverser la crise ?Coronavirus : l'indemnité gouvernementale pour les travailleurs à domicile prolongée

Davantage de vigilance pour eux, mais aussi pour leur collègue : 75% demanderont à leurs collègues malades de rester chez eux. 66% des hommes et 83% des femmes interrogées demanderont à leurs collègues fiévreux de rentrer chez eux.

 

Reste que si cette crise laisse de bien mauvaises traces, les personnes interrogées semble penser qu’il faut se faire une raison : plus de 81% des Français pensent que cette épidémie de coronavirus reviendra chaque année à la même saison, tout comme la grippe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent