Blagues, gestes, regards déplacés… Comment les femmes se sentent harcelées au travail

Open-space

ÉTUDE - Navex Global, société spécialisée dans l'éthique et la conformité des entreprises, vient de publier un livre blanc sur le harcèlement sexuel au travail. Selon les chiffres avancés, une femme sur deux en est victime. Et l'étude montre que la perception de ce qui constitue du harcèlement a beaucoup évolué depuis le mouvement #MeToo.

Les chiffres avancés par Navex Global, société spécialisée dans l'éthique et la conformité des entreprises, sont forts : dans le monde, plus de 50% des femmes en entreprise disent avoir été victimes d'une forme de harcèlement sexuel (étude du Trade Union Congress en 2016) ; en France, une femme sur 5 se dit touchée (Ifop, 2014). L’entreprise a mené une analyse européenne, sur la base des dernières études réalisées sur le sujet, avec un focus sur la France, pays où le harcèlement sexuel est une "préoccupation éthique importante". Et il apparaît notamment que, dans l'ère post #MeToo,  le harcèlement sexuel est redéfini. Jusque là en effet, si certaines formes de harcèlement étaient condamnées sans ambiguïté, d'autres restaient considérées comme des "zones grises". Elles le sont moins aujourd'hui.

En France, les salariées semblent en effet se distinguer par une extrême vigilance sur certains gestes, plus que dans les autres pays européens : ainsi, quand un homme raconte une blague sexuelle à une femme, la démarche est considérée comme du harcèlement sexuel pour 53% des sondées. 51% d'entre elles estiment que le fait qu’un homme regarde la poitrine d’une femme est du harcèlement sexuel. Une proportion bien supérieure aux chiffres de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Suède, du Danemark, de la Finlande et de la Norvège. De même, en France selon l'enquête, 72% des femmes interrogées voient comme du harcèlement le fait qu’un homme mette son bras autour de la taille d’une femme. Là encore, le pourcentage est le plus élevé des pays européens sondés.

Voir aussi

Maigre bilan

Aujourd'hui, la définition juridique du harcèlement sexuel est claire dans la plupart des pays analysés. En France, le gouvernement a adopté en 2018 une loi sur l’outrage sexiste et sexuel, protégeant les femmes du harcèlement sexuel dans les lieux publics. Elle comprend les commentaires dégradants ou humiliants et un comportement sexiste ou sexuellement agressif. Selon les derniers chiffres datant de cet été, 700 amendes ont été infligées. Un bilan qui semble bien maigre tant le harcèlement sexuel a de conséquences, notamment dans le monde du travail : ainsi, selon l’étude de Navex, jusqu'à 80% des femmes victimes de harcèlement vont changer d'emploi dans les deux ans. 

"Les conséquences du harcèlement au travail sont dramatiques tant pour l'individu que pour l'entreprise", souligne l'analyse. Parmi elles, on trouve des niveaux élevés d'anxiété et de dépression, une faible productivité et une perte de respect envers les collègues." Conséquence, pour l'entreprise, un roulement du personnel qui a un coût, des congés maladie, une baisse de la productivité individuelle, mais aussi collective. Sans compter des frais de justice, et des dégâts en terme d'image.

En vidéo

Harcèlement de rue : comment appliquer la loi ?

Zone grise pour les RH

Reste que la question du harcèlement – surtout de sa définition - a prêté à débat, tant les ressentis peuvent être différents. On se souvient de cette tribune signée par 100 femmes de renom, dont Catherine Deneuve, défendant une "liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle". Les directeurs RH sondés par Navex reconnaissent qu'il peut y avoir des "zones grises" en ce qui concerne le harcèlement. Mais pour Kerry McGowan, directrice au cabinet-conseil The HR Specialists, interrogée dans le livre blanc, c'est une fausse excuse. "En termes de zones grises, les employés doivent comprendre que ce que pense la personne accusée de discrimination n'a pas d'importance", dit-elle. "[Dans le cadre de la loi,] c'est la façon dont les autres le perçoivent. Par conséquent, s'il y a le moindre doute que le comportement d'une personne peut contrarier quelqu'un, alors la personne doit cesser ce comportement." Ingrid Fredeen, chargée des formations au sein de Navex, défend la mise en place de programme d'éducation ou de prévention du harcèlement : "Il s'agit de favoriser une culture de l'empathie où les employés font preuve de compassion envers les autres."

 

On constate, en tout cas, que les Français sont plus sensibilisés au harcèlement aujourd’hui qu’il y a quelques mois : Navex s’est penché sur le nombre de recherches sur Google sur les termes "harcèlement sexuel". En octobre 2017, il a connu un véritable pic, ce qui correspond à l’éclatement de l’affaire Weinstein. Avant #MeToo, le nombre de recherches sur le harcèlement sexuel était d'en moyenne 2400 par mois. Elles dépassent aujourd’hui les 6600 par mois.

Le règne du silence, la peur de conséquences

Reste que selon l'étude, quatre Européennes harcelées sur cinq ne le signalent pas. Plusieurs raisons sont affichées : la crainte d'une incidence négative sur les relations au travail (28%), la peur de ne pas être prise au sérieux (24%), l'embarras (20%), la peur que cela ait un impact négatif sur la carrière (15%). En clair, si les victimes ont le sentiment qu’il y a un prix professionnel à payer pour exposer le harcèlement sexuel, elles auront tendance à garder le silence.  

Des manières de s'attaquer au problème peuvent être, comme le montrent diverses études, de d'abord reconnaître le problème, en définissant clairement les actes de harcèlement. ce qui peut se faire en utilisant des exemples de mauvaise conduite pour sensibiliser (exemple, le fait d'entendre des commentaires de nature sexuelle au sujet d'autres femmes, blagues malvenues...) : plus ces actes sont définis, plus les femmes signalent les incidents. "Il ne s'agit pas de devenir politiquement correct ou sensible", mais de prévenir l'implantation d'une "culture toxique", explique dans l'analyse Ben Willmott, responsable des politiques publiques au Chartered Institute of Personnel Development de Grande-Bretagne. "Il s'agit aussi de s'assurer qu'il y a des attentes claires en matière de comportement et que les dirigeants prennent ces normes au sérieux."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter