BOOSTE TA CARRIÈRE - Pour se faire aimer, il suffit d’appliquer ce conseil

BOOSTE TA CARRIÈRE - Pour se faire aimer, il suffit d’appliquer ce conseil
Open-space

#ÉPISODE42 - Dans ce rendez-vous de notre rubrique Work, François Thibault, consultant en leadership et "soft skills", propose ses conseils pour "booster" votre carrière. Aujourd'hui, il nous parle de la manière de se faire apprécier.

Ceux qui me connaissent savent que j’aime l’élégance intemporelle et... les voitures intemporelles. Hier, j’ai eu la chance d’accompagner un ami. Un aller retour Paris-Bordeaux dans la journée en vieille voiture !

Et durant ce périple, j'ai remarqué une  chose : c’est incroyable à quel point on nous regarde avec bienveillance à bord de voitures anciennes. Dans un autre véhicule, un modèle moderne équivalent, la bienveillance ne serait pas forcément de mise. 

Les choix sont émotionnels

C’est la même chose dans le reste de la vie. Tous nos choix sont émotionnels. Vous n’achèteriez pas un pantalon qui ne tombe pas bien sur vous, même à un euro. Ni des lunettes qui ne vous vont pas, même à prix cassé. Toutes vos décisions sont dictées par vos émotions, même si vous pensez le contraire. Sans entrer dans le détail, de nombreux biais influencent nos choix. Par exemple, si vos amis ont tous des salaires à 100.000 euros par an, un salaire de 60.000 euros vous paraîtra faible. 

Dans votre vie professionnelle, il en est de même. On ne vous recrute pas seulement pour vos compétences. On vous promeut aussi sur des critères émotionnelles, appelés, aussi, des critères qualitatifs. Votre but est de savoir vous faire aimer ou apprécier. 

En vidéo

VIDÉO - Les règles de base pour ne pas devenir un mauvais manager

Maintenant, revenons à mon expérience. Voici ma théorie : on vous aime, ou on vous jalouse non pas pour ce que vous faites, possédez, accomplissez mais pour la raison pour laquelle vous le faites, vous le possédez ou l’accomplissez. Dans le cas d’une voiture de collection, la raison est l’amour : on ne la possède pas pour le regard des autres ou le bling-bling. On la possède par amour. Et les gens le devinent, le ressentent. D'où leur bienveillance ! 

Voilà donc deux conclusions qui découlent de ça : la première, est qu'il faut toujours avoir une bonne raison de faire les choses (saine, bienveillante, responsable, éthique…). Je vous invite à vous poser la question lorsque vous faites quelque chose ou souhaitez convaincre une personne à réfléchir sur vos motivations profondes. La seconde est qu'ensuite, vous devez mettre en avant cette raison, en la communiquant. 

Parler du "pourquoi"

Ce n’est pas tout. Selon toutes les études dans les sciences sociales, il est préférable de communiquer ses motivations, ce qui vous anime, le "pourquoi vous faites ce que vous faites" en premier. Cela permet de susciter une émotion chez vos interlocuteurs. 

Par exemple, si vous souhaitez que l'on vous aime dans un cadre professionnel, en tant que manager. Commencez par exprimer ce qui vous motive en tant que manager, en donnant vos valeurs. Par exemple : "Je serai ravi de pouvoir travailler dans votre entreprise et de manager des équipes. Pour moi, un manager est là pour faire progresser les autres et inspirer confiance. Et cela passe par l’honnêteté et l’exemplarité."

En fonctionnant ainsi, vous montrez ce en quoi vous croyez, et pouvez ensuite argumenter avec des exemples de vos expériences. Ce sera bien plus puissant que de dire que vous avez managé 20 personnes dans vos expériences passées. Çà on s’en doute, sinon vous ne seriez pas à l’entretien.

Changer la façon de présenter les choses

Savoir se faire aimer est une des compétences du futur. On a plus de chance de vous aimer si la raison est bonne et que vous commencez par la communiquer !

Prenons un autre exemple. Imaginez que vous soyez en transition professionnelle, que la vie soit compliquée pour boucler vos fins de mois. Ce n’est pas une situation facile pour rencontrer une personne. Si vous communiquez vos motivations, vous saurez rassurer l’autre. Plutôt que de dire "J'aurai retrouvé dans 3 mois", essayez la vulnérabilité : "C'est une phase de transition compliquée, mais je crois que c’est ce genre de période qui me permet de me rendre compte de ce qui est essentiel, et cela m’a permis de réaliser que faire un job qui me plait est ma priorité."

Encore une fois, vous faire aimer est facile. Il suffit d’être authentique et de communiquer pourquoi vous faites ce que vous faites.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

> Retrouvez toutes les chroniques de François Thibault dans notre rubrique Booste ta carrière

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent