BOOSTE TA CARRIERE - Soft skills : vaut-il mieux du talent ou de la persévérance ?

BOOSTE TA CARRIERE - Soft skills : vaut-il mieux du talent ou de la persévérance ?
Open-space

#ÉPISODE46 - Dans ce rendez-vous de notre rubrique Work, François Thibault, consultant en leadership et "soft skills", propose ses conseils pour "booster" votre carrière. Il souligne aujourd'hui l'importance de l’auto-discipline et la persévérance.

Imaginez que vous deviez choisir pour une activité sportive ou un job entre le fait d'"avoir du talent", ou avoir une capacité hors-norme d'auto-discipline ou de persévérance ? Que choisiriez-vous ? 

Vous connaissez comme moi l’expression "que de talent gâché !". Dans le sport, on le dit de nombreuses personnes. En foot, Hatem Ben Arfa est un parfait exemple. C’est le joueur le plus talentueux de sa génération 1987. Il est aujourd’hui en Espagne dans un club de seconde zone. Idem en tennis pour Richard Gasquet, bien plus talentueux adolescent que Raphael Nadal, qui lui, besogneux, à force de volonté, persévérance, a une carrière exceptionnelle.

La persévérance plus payante que le talent

Comment expliquer au contraire que certaines personnes comme Arnold Schwarzenegger, né Autrichien après la Seconde guerre mondiale dans une famille très modeste et gringalet à ses heures devint multiple champion du monde d’haltérophilie, l’acteur le mieux payé au monde, puis gouverneur de Californie. 

La réponse est simple : il vaut mieux avoir de l’auto-discipline et être persévérant qu'avoir du talent. 

Une fantastique étude de l'universitaire américaine Angela Duckworth a démontré la chose suivante : elle a suivi pendant des années des étudiants, en évaluant leur QI. Résultat : ceux qui faisaient preuve d’une grande auto-discipline et de persévérance réussissaient mieux leur carrière et étaient au final plus heureux.

La question du manque de motivation

Je trouve cette étude rassurante. A force de travail, on maîtrise de mieux en mieux ce que l’on fait. Il ne faut simplement pas abandonner. Et surtout, ne pas se tromper d’objectif.

Traditionnellement, quand on commence une activité, refaire son CV, vouloir changer de job, de vie, apprendre un nouveau sport, il y a une phase où l’on prend conscience que c’est dur. Cette étape, formalisée dans la théorie de l’apprentissage de Maslow s’appelle "conscient incompétent". C’est la phase où la majorité des personnes abandonnent leur projet. Où les talentueux, qui (peut-être) n’aiment pas trop se forcer et lutter, reportent. 

En résumé, quand on abandonne, il est intéressant de se demander "pourquoi je fais ce que je fais". L’abandon est lié à un manque de motivation. Abandonnez-vous quand vous êtes obligé de finir ? Abandonnez-vous quand c’est dur, mais très important pour vous ? 

Bien sûr que non.

Lire aussi

Quatre règles pour atteindre ses buts

Donc, maintenant que vous comprenez que ce n’est pas grave de ne pas avoir de talent particulier et que vous êtes d’accord pour affirmer que l’auto-discipline et la persévérance sont des soft-skills indispensables, voyons comment les développer pour atteindre ses buts.

Et je vais m’inspirer d’un célèbre discours d'Arnold Schwarzenegger qui explique les 4 règles pour exceller dans ce que vous faites : 

 #1 Trouver sa vision et identifier ses rêves. Votre vie est déterminée par vos actions. Vous êtes le résultat de vos actions passées. Prenez un instant pour réfléchir à ce que vous aimez faire en identifiant les 3 moments où vous vous êtes senti heureux. Que faisiez-vous ? Avec qui étiez-vous ? "Sans but, vous ne serez pas heureux", dit Schwarzie. 

Dès que vous avez des rêves, des projets, lisez, renseignez-vous sur le sujet, et vous allez développer de la certitude et donc de la confiance.

 #2 Ne pas penser petit. Voyez grand, c’est plus stimulant. Ce n'est pas plus difficile. Demander 100 ou 300 euros d’augmentation nécessite simplement une stratégie différente. Pour Schwarzie, voir grand c’est vouloir être le meilleur. En somme, vous devez vous montrer ambitieux.

 #3 Ignorez les médisants, toxiques et ceux qui cherchent à vous décourager. J’ai vu le chef d'entreprise Marc Simoncini récemment qui disait : il y a les "'mais' personnes" et les "'et' personnes". Les "mais", quand vous leur parlez d’un projet, vous disent "mais tu as pensé aux risques ? A ceci ? A cela ?" ; alors que les "et" vous disent : "Oh, et on pourrait faire çà, çà, et çà aussi."

Entourez-vous de "'et' personnes".

 #4 Persévérez, persévérez. Si vous abandonnez, cela signifie que la règle numéro 1 n’est pas suffisamment motivante ou claire ou que vous écoutez les "'mais' personne". Le résultat est toujours proportionnel au travail fourni. Tôt ou tard.

Pour résumer, la réussite est liée à vous et votre travail, et moins au talent comme l’a prouvé l’étude d’Angela Duckworth. Appliquez ces quatre règles en commençant par identifier vos objectifs, vos rêves, les envies que vous voulez réalisez avant la fin de votre vie.

> Retrouvez tous les articles de François Thibault dans notre rubrique Booste ta carrière

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent