"C’est la pub que vous allez envoyer à tout le monde" : à l’ère numérique, comment rédiger un CV que le recruteur lira ?

Open-space

TIPS - Au Salon du travail et de la mobilité professionnelle, qui s'est tenu à Paris il y a quelques jours, Cédric Gérard, directeur marketing chez Monster, a donné ses bons conseils pour optimiser l’impact de son CV, notamment la manière de mettre en avant ses compétences.

Cela reste le premier barrage lors d'une recherche d’emploi : faire que le recruteur voit votre CV, l’ouvre, le lise. Une problématique d’autant plus importante, à l’ère d’internet où le CV papier et la lettre de motivation ont quasiment disparu. Comment s’assurer que cette première étape a été réussie ? Comment le recruteur regarde-t-il  le CV ? Enfin, comment être visible, sur les réseaux sociaux ? 

Au Salon du travail et de la mobilité professionnelle, qui a eu lieu à Paris la semaine dernière, Cédric Gérard, directeur marketing chez Monster, a donné ses bons conseils  pour optimiser l’impact de son CV et la façon de mettre en avant ses compétences. LCI y était, et vous le fait partager.

Lire aussi

1. Il faut se mettre à la place du recruteur

Votre CV, c’est un outil de communication ! Et vous avez besoin qu’il soit capté par le recruteur. "Or, le recruteur est un humain", indique Cédric Gérard. "Cela veut dire qu’il faut que cette personne ait envie de lire votre CV, de s'y plonger. Il faut donc que votre CV soit lisible, compréhensible."

>  Le recruteur ne connait pas tout, ne vous connait pas, tout comme il ne connait pas forcément les entreprises dans lesquelles vous avez travaillé. Parfois, s’il est dans une grande structure, il n’est même pas un opérationnel. Il faut donc détailler et rendre compréhensible tout ce que l’on met dans le CV.  

>  Le recruteur n’est pas votre ennemi. "La recherche d’emploi est très difficile, on a tendance à considérer le monde de l’entreprise comme hostile", rappelle Cédric Gérard. "Mais le recruteur a, lui aussi un enjeu car recruter coûte cher : c’est du temps passé pour définir le poste, faire des entretiens, former la personne. Si elle ne reste pas, c’est une perte de temps. Voilà l’état d’esprit chez les recruteurs : ils ont besoin de trouver la bonne personne.

> Retenez, aussi, que les compétences attendues ne seront pas les mêmes, suivant le profil de l’entreprise. Exemple : les "soft skills" ("compétences douces"), dont on parle beaucoup. "Les petites entreprises vont chercher des gens passionnés, car vous évoluerez dans une organisation où vous serez seul et où votre impact sur l’organisation sera grande", précise Cédric Gérard. "Dans les grands groupes, les attentes sont différentes : on attendra davantage de vous une capacité à s’adapter et à évoluer." 

> Ne pas oublier, enfin, que le recruteur travaille avec une CVthèque, où les robots ont fait une première sélection. Il faut donc passer cette barrière. Et là, attention : beaucoup de personnes utilisent des modèles de CV en ligne, avec des formats prédéfinis. Et certains de ces designs ne sont pas lus par les robots. "Comme par exemple un CV avec des étoiles pour noter les compétences."

En vidéo

Comment les entreprises bouleversent leurs méthodes de recrutement

2. Pour le sortir du lot, personnalisez votre CV

Une candidature générique envoyée à 50 entreprises aura moins d’effet qu’un CV personnalisé. 

> Titré. D'abord, pour accrocher et faciliter la lecture, mettez un titre lié au poste visé  : "chef de projet", "commercial grands comptes ", etc…

> Une lettre de motivation ? "Aujourd’hui", ajoute Cédric Gérard, "les lettres de motivation sont très peu lues, c’est une certitude. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas en faire, cela peut toujours faire la différence." Cela ne peut en effet pas vous nuire si elle est bien écrite, sans faute, et qu'il ne s'agit pas d'un copié-collé vite repéré. Mais puisque cette lettre a désormais moins de poids, il ne faut pas hésiter pas à mettre deux ou trois lignes, en haut du CV, pour expliquer votre projet et pourquoi votre candidature va correspondre au poste. 

> Quelles rubriques dans le CV ? La structure est très importante : "Un recruteur passe 30 secondes par CV et son regard balaie la feuille de haut en bas et de droite à gauche", précise Cédric Gérard. "Et il va regarder principalement l’expérience professionnelle". Le CV n’est cependant pas un inventaire à la Prévert. Si vous avez 20 ou 25 ans d’expérience, ne vous sentez pas obligé de tout détailler. Appesantissez-vous davantage sur les dernières expériences professionnelles. 

Sur le volet formation, "les recruteurs évoluent sur le sujet. Mais on reste en France, et le diplôme reste important, donc il faut continuer à l’indiquer". Les loisirs, eux, ne sont pas forcément lus, donc cela ne doit pas trop prendre de place. "Les recruteurs ne s’en servent que pour l’entretien. Et tout le monde met 'lecture, cinéma'.  Donc mieux vaut parler de centres d’intérêt spécifiques, par exemple si vous avez été président d’une association." 

Les compétences importantes doivent être soit intégrées dans une expérience professionnelles, soit dans une partie dédiée. 

Autre impératif : "N’oubliez pas de mettre des chiffres ! On voit trop de CV sans chiffres", estime le directeur marketing. Pour les CV commerciaux notamment, il est indispensable de mettre des notions de chiffre d’affaires, de portefeuille, afin de montrer ses résultats. 

> Couleur ? Photo ? Petite touche perso, n’hésitez pas à mettre de la couleur. Sortez du noir et blanc ! "Pour quelqu’un qui lit 50 CV, c'est parfois un peu monotone. La couleur donne au CV de la personnalité, c’est une façon de mettre un peu de soi." Attention, tout est dans la mesure : on n’attend pas de vous non plus que vous soyez original. La photo n’est pas obligatoire, mais recommandée cependant sur des postes de com’ ou en relation terrain. "Et s’il y a une photo, faites attention au fond, et n’hésitez pas à sourire ! Il faut donner envie aux gens. Soyez content, fier de vous !"

En vidéo

Le recrutement par simulation, une méthode de recrutement choisie par l’entreprise Guy Cotten

3. Mettez votre CV en avant !

Il y a plusieurs façons de le faire. D’abord, en, répondant à des annonces. "Il arrive souvent que l’on candidate par email, avec le CV en pièce jointe", dit le directeur marketing. "Et là, attention, le mail est aussi important que le CV. Il faut soigner le texte de présentation, la syntaxe, le propos, d’autant qu’il n’y a plus de lettre de motivation derrière".

Autre solution, mettez votre CV en ligne. "Dans ces cas-là, il ne faut pas hésiter à le rafraîchir régulièrement. Il remonte alors dans la base de CV. Or le recruteur recherche par date de fraîcheur. Rafraîchir va aussi donner une impression d’être toujours en recherche active.

Enfin, la candidature spontanée. "C’est une bonne manière, cela peut fonctionner !".

Lire et commenter