Garnir une entreprise de plantes vertes permet-il d'alléger son bilan carbone ?

Open-space

GREEN THERAPY - Partenaire du Prix Entreprises pour l’environnement (EpE), LCI vous livre pendant un mois des articles autour de la thématique "travailler vert". Cette semaine, nous nous intéressons aux bénéfices que peuvent apporter les plantes vertes au bureau. D'après la littérature scientifique, elles ont des effets sur le bien-être des employés. Mais permettent-elles aussi d'améliorer le bilan carbone de leur entreprise ?

Pour tenter d'améliorer l'impact CO2 de leur entreprise, certains patrons n'hésitent pas à garnir leurs bureaux de plantes vertes. Murs végétaux, plantes tropicales et arbustes ornent ainsi coins et recoins de chaque espace pour, supposément, assainir l'air ambiant et compenser les 70 à 85 kilos de papier utilisés en moyenne par chaque salarié tous les ans. D'autres en revanche, pensent plutôt au bien-être qu'elles peuvent apporter à leurs employés. La science n'a-t-elle pas montré qu'il n'y avait rien de tel qu'un petit brin de verdure pour se sentir mieux au travail ?

Outil de "greenwashing" ou véritable atout écologique, utilité de santé publique ou gadget décoratif... Nous avons démêlé le vrai du faux sur la plante verte au bureau.

Un pouvoir dépolluant jugé nul

Pour dépolluer l'air intérieur, l'un des premiers réflexes d'un amateur de plantes est de se tourner vers... Les plantes dépolluantes. Une fausse bonne idée selon l'Ademe, qui pointait du doigt, dans un avis datant de septembre 2011, l'efficacité prétendue de ces végétaux dont certaines entreprises font leur fonds de commerce. Car d'après des recherches effectuées par le programme national de recherche Phyt'air, si certaines plantes ont bien prouvé leurs capacités, via le terreau dans lequel elles poussent, à éliminer les polluants gazeux, les performances des végétaux en pot à l'échelle d'un logement ne sont pas convaincantes. 

"Dans les bâtiments, en conditions réelles d'exposition, l'efficacité d'épuration de l'air par les  plantes seules est inférieure à l'effet du taux de renouvellement de l'air sur les concentrations de polluants", indique ainsi l'agence, qui déclare invalide scientifiquement l'argument "plantes dépolluantes". Elle considère l’aération et la ventilation comme "bien plus efficaces que l’épuration par les plantes". L'installation d'une myriade de plantes, voire d'une forêt vierge, serait donc bien vaine face aux 18 kilotonnes d'équivalent CO2 (ktCO2e) produites chaque année, en moyenne, par une entreprise française. 

Lire aussi

Un réveil écologique grâce à une plante... morte

Quid, alors, du potentiel de motivation écologique que pourraient avoir les plantes sur les employés du bureau ? Interrogé sur le sujet par LCI, Jordy Stefan, docteur en psychologie et auteur d’une thèse intitulée "L’influence d’un élément de nature sur la santé et les comportements pro-sociaux", indique ne pas avoir connaissance de recherches ayant été faites sur le sujet. Une seule lui vient à l'esprit : "Il y a une étude, faite par Nicolas Guéguen, mon directeur de thèse, qui montre que si vous parlez du réchauffement climatique à une personne et qu’il y a une plante morte dans votre bureau, elle va avoir plus grande conscience du réchauffement climatique". Si l'effet de sursaut écologique est louable, le côté morbide est regrettable.

Des effets sur la santé archi-prouvés

Regrettable non seulement d'un point de vue décoratif, mais surtout sous l'angle santé. Car les plantes vertes, et cela a été prouvé par de nombreuses études, sont bénéfiques au bien-être. Ainsi, Rachel et Stephen Kaplan, tous deux professeurs en psychologie environnementale à l’Université du Michigan, ont prouvé en 1993 que les salariés qui peuvent voir depuis la fenêtre de leur bureau des arbres et des fleurs sont moins stressés et plus satisfaits au travail que les autres. D'après une étude réalisée en 2002 par Tove Fjeld, de l'université d’agronomie d’Oslo, les plantes vertes au bureau permettent aussi de réduire les migraines de 19%, la sensation de fatigue de 30%.

D'un point de vue professionnel, l'utilité des plantes vertes est également démontrée. Une étude de l'université de Cardiff, publiée en 2014, affirme qu'elles permettent d'augmenter jusqu'à 15 % la productivité des employés de bureau grâce à la meilleure concentration et satisfaction de l'environnement de travail qu'elles procurent. Une autre étude, de l'université américaine de l’Oregon, montre également qu’un environnement de travail verdoyant permet de faire baisser l’absentéisme de 10%.

Si je vous dis qu'un tableau de Dali possède une beauté universelle, ça va être sujet à discussion. La beauté de la nature, non.- Jordy Stefan, docteur en psychologie

Pour Jordy Stefan, deux grands courants de pensée peuvent expliquer ces effets sur la santé : "Il y a tout d'abord un courant évolutionniste qui explique que les plantes sont le biome de base de l’être humain. Lorsqu'il y est exposé, cela fait tout simplement baisser son stress et son anxiété. Cela lui permet de 'reposer son attention'. D'autres auteurs ont une approche plus cognitiviste et expliquent que la plante verte, ou la nature en général, possède une beauté qui  a la particularité d’être universelle et fascinante. Par exemple, si je vous dis qu'un tableau de Dali possède une beauté universelle, ça va être sujet à discussion. La beauté de la nature, non." Elle permettrait donc à tout un chacun, quelque soit son sexe, son âge ou son amour pour la randonnée, de se sentir bien et de laisser son regard s'y reposer. 

En revanche, attention à ne pas trop forcer sur la plante verte. "Il faut qu’il y ait un bras d’écart entre soi et la plante. Cela produit autrement des effets négatifs, à savoir des problèmes de concentration et de santé", explique Jordy Stefan. Selon lui en effet, "la plante mange votre espace de développement."

Voir aussi

Une efficacité observée à partir d'une ou deux plantes

D'après l'auteur de la thèse "L’influence d’un élément de nature sur la santé et les comportements pro-sociaux", les études qui ont été menées sur le sujet prouvent qu'une ou deux plantes, situées en permanence dans notre champ de vision, suffisent. Nul besoin, donc, de transformer votre bureau en forêt vierge ; au risque d'avoir une consommation d'eau démesurée.

En revanche, la nature des plantes nécessaires au bien-être reste pour l'instant imprécise. "Nous n'avons pas un niveau de grain suffisant pour savoir quel type de plantes est au top du top. Mais toutes les études ont été faites avec des plantes feuillues, sans fleurs", affirme Jordy Stefan.

Lire aussi

Quant aux jardins potagers qui peuvent être installés en entreprise, le docteur en psychologie est dubitatif sur le potentiel démultiplicateur des nombreuses plantes qui pourraient y pousser. "En EPAHD, on dit que le jardinage c’est super, mais ça l’est parce que ça créé du lien social. Est-ce que je pourrais vous dire que faire du jardinage, c’est mieux que le running chez les gens passionnés de running à la pause du midi ? J’ai envie de vous dire que non." 

Comme chaque année depuis 14 ans, Entreprises pour l’Environnement (EpE) et LCI (anciennement Metronews) et les sponsors du Prix lancent leur appel à projets pour le Prix Jeunes pour l’Environnement doté de plus de 10 000€. Cette année, les jeunes de 15 à 30 ans sont invités à formuler des idées concrètes et inédites en répondant à la question suivante : " Travailler vert : comment influencerez-vous votre entreprise ?". Qu’est-ce que "travailler vert" ? Cela peut vouloir dire comment inventer des organisations de travail qui favorisent l’innovation frugale, des campagnes de communication éco-responsables, des actions d’entreprises ou des politiques publiques, des changements de gouvernance, de matières premières ou de business model, des innovations plus éco-conçues… ? Soyez ambitieux, créatifs et persuasifs ! Dépôt des dossiers jusqu’au 18 mars 2019

Pour plus de précisions, rendez-vous sur le site dédié http://www.epe-asso.org/prix-epelci-2019/ ou la page Facebook https://www.facebook.com/prixepelci/

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter