En cas de coup dur, les salariés ont tendance à ne pas soutenir leur chef… voire à l'enfoncer secrètement

En cas de coup dur, les salariés ont tendance à ne pas soutenir leur chef… voire à l'enfoncer secrètement

Open-space
DirectLCI
FAIBLE SOLIDARITÉ - Un sondage réalisé par Qapa.fr montre l'attitude assez dure adoptée par les salariés envers leur supérieur en cas de problème pour celui-ci et une posture dans l'ensemble assez indifférente.

C’est un sondage à prendre avec moults pincettes, mais qui n’en traduit pas moins une réalité… mesquine, voire cruelle ? Il montre qu’en tout cas, dans le monde de l’entreprise, mieux vaut ne pas montrer de signe de faiblesse et... ne pas compter sur ses subordonnés quand on est manager. 

 

Un enquête en ligne de l’agence d’intérim Qapa.fr  dévoile en effet que les Français ont plutôt tendance à enfoncer leur chef s’il se trouve dans une situation difficile : 58% des personnes interrogées avouent ainsi qu’elles ne l'aideraient pas s’il se trouvait dans une mauvaise posture. Et si ce supérieur est menacé de licenciement, c'est encore pire ! Plus de 76% des sondés déclarent ne pas prendre partie pour lui si son job et sa place sont en jeu.

La crainte de représailles

La question se pose : pourquoi tant de haine ? En fait, c’est plutôt, que selon plus de 81% des personnes interrogées, un supérieur qui se retrouve dans une situation difficile n'est pas autant défendable qu'un autre salarié ou qu'un collègue exactement dans la même situation.


Cependant, il y a une limite : on ne tire pas non plus sur l’ambulance. Si les sondés se montrent donc peu solidaires de leurs chefs, ils ne sont pas pour autant agressifs envers eux. En effet, plus de 64% déclarent qu'ils ne participent pas aux attaques. D’autant qu’au final, les salariés interrogés sont peut-être surtout… froussards : en prenant partie, que ce soit pour soutenir leur chef ou pour l'attaquer, 57% d’entre eux craignent des représailles de la hiérarchie.

En vidéo

Internet au bureau : patron espion

Une préférence pour la discrétion

C’est peut-être pour cette raison que ceux qui agissent le font plutôt souvent dans l’ombre, que ce soit dans le cadre d'un soutien ou d'une attaque : 68% d’entre eux disent apporter une aide secrète à leur chef et 56% livrer une bataille silencieuse contre leur supérieur. La discrétion, meilleure recette pour une longue vie en entreprise ? Cela, le sondage ne le dit pas.


> Sondage réalisé entre le 16 et 21 janvier 2019 auprès des 4,5 millions de candidats sur Qapa.fr. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter