La semaine de 4 jours vous fait rêver ? Dans les faits, nous sommes plus proches de celle de... 6 !

Open-space

ÉTUDE - Selon une étude intitulée "The future of working week", les salariés français seraient plus proches de la semaine de six jours que de quatre… Un sur deux effectue au minimum quatre heures supplémentaires par semaine.

Travailler 4 jours par semaine… Le rêve ! Régulièrement sont médiatisés les exemples de sociétés (toujours à l’étranger) ayant fait passer leurs salariés à ce rythme de travail. Et ce pour le plus grand bonheur des travailleurs, mais aussi de l’entreprise : la productivité n'en serait pas affaiblie, au contraire.

Sauf qu'en France, on semble encore bien loin de cette réalité. D’après l’étude The future of working week, réalisée par OnePoll pour Citrix, société de "cloud computing" pour les entreprises, les salariés français seraient même plus proches de la semaine de six jours…  Même si les discours sont à l’heure de la flexibilité et des horaires souples, les chiffres montrent d’abord que dans l'ensemble, plus de la moitié (54%) des répondants ont un contrat de travail à horaires fixes sans flexibilité. 28% ont un contrat de travail à horaires fixes avec une certaine souplesse (horaires d’arrivée ou de départ flexibles). Ils ne sont que 11% à, contractuellement, disposer d’une flexibilité totale de leurs horaires de travail. Ce qui, au passage, fait tout de même de la France le pays européen où ce régime est le plus répandu comparé à l’Italie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège, la Suède et le Danemark.

Voir aussi

4 à 8 heures supplémentaires de travail par semaine

Voilà pour la situation sur le papier. Mais "évidemment, les heures de travail contractuelles ne reflètent pas nécessairement la réalité", indique l’étude. En effet, 53% des personnes interrogées déclarent spontanément travailler quatre à huit heures par semaine en plus de leurs heures contractuelles. Ce sont même 82% des sondés, tous types de contrat confondus, qui admettent travailler en dehors des heures de bureau, que ce soit pour répondre à un appel professionnel, à un email ou à un message instantané. Près de la moitié d'entre eux (49%) effectuent ces heures supplémentaires "quotidiennement" ou "presque tous les jours".

Un constat qui amène un peu plus de la moitié (54%) des Français à se sentir plus proche d’une semaine de six jours que de quatre jours. Le sentiment collectif : ces mêmes 54% conviennent que le recours systématique aux heures supplémentaires est un phénomène national. 

Des charges de travail irréalisables ?

A quoi attribuer ces heures sup' ? Pour 39% des travailleurs français, ces dépassements sont dus à des charges de travail irréalisables. Rien d’étonnant donc qu’un peu plus du tiers (35%) des répondants estime qu'un nombre plus important de collaborateurs représenterait la solution la plus adéquate à ce problème, et les aiderait à faire face à leur charge de travail exponentielle.

Une meilleure expérience des outils technologiques (16%) et des processus d'automatisation (18%) est également évoquée pour réduire le recours aux heures supplémentaires. Plus généralement, 65% des personnes interrogées s’accordent pour reconnaître qu’une meilleure productivité nécessite que les employeurs s’ouvrent à de nouvelles formes de travail.

Lire aussi

Interrogés sur la semaine de 4 jours, le sujet fait quasiment consensus : 84% des Français choisiraient volontiers de ne travailler que quatre jours par semaine si on le leur proposait. Ils sont même un tiers (34%) à penser que leur employeur va le leur proposer dans les 10 prochaines années. Mais cela ne se ferait pas à n’importe quelles conditions : 71 % d’entre eux n’opteraient pour cette alternative que s’ils conservaient le même niveau de salaire. 54% expriment des inquiétudes quant aux congés et 55% estiment que la pression se ferait plus intense.  

L'impact d'une telle mesure sur la productivité suscite des inquiétudes. Un tiers de l’ensemble des personnes interrogées (33%) pensent qu'elles ne seraient pas en mesure d'effectuer leur travail en quatre jours. Un peu plus d'un tiers (38%) des répondants craignent même que ce rythme ne nuise à la productivité du pays tout entier. 

Pourtant, comme le rappelle l’étude Citrix, de nombreuses études et expériences indiquent qu'un raccourcissement de la semaine de travail pourrait à l’inverse conduire à des niveaux de productivité supérieurs. "Il est donc nécessaire de repenser le travail de manière efficace et optimisée", conclut l'étude.

> Enquête réalisée par l’institut de recherche OnePoll pour Citrix, auprès de 2 750 travailleurs actifs dans plusieurs pays européens dont la France, l’Italie, L’Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège, la Suède et le Danemark.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter