IDÉES D’AILLEURS – A Noël en Espagne, les salariés reçoivent des paniers garnis

IDÉES D’AILLEURS – A Noël en Espagne, les salariés reçoivent des paniers garnis
Open-space

WORKING ABROAD - LCI explore dans cette rubrique les initiatives ou pratiques menées dans d’autres pays en matière d'organisation du travail. Des idées dont on pourrait s'inspirer, ou à l'inverse à bannir. Aujourd’hui, nous partons à la découverte d’une tradition bien ancrée en Espagne : celle des paniers garnis offerts aux employés pour Noël.

C’est une coutume qui doit plaire aux plus gourmands. En Espagne, depuis des générations, les entreprises offrent, avant les fêtes de Noël, des paniers garnis à tous leurs salariés. Et ces paniers de Noël, appelés "cestas de Navidad", sont une tradition bien ancrée sur le territoire. 

Ce que ça donne

L’origine de cette tradition remonte, dit-on, à l’Antiquité, époque à laquelle les commerçants donnaient à leurs clients un "Sportula", un panier en osier plein de nourriture. A la fin du 19e siècle, cette coutume a petit à petit été adoptée par les administrations publiques, les ministères : ils offraient des paniers de Noël à leurs personnels. 

Mais ce n'est qu'au 20e siècle qu'elle s'est étendue au secteur privé… La distribution de paniers de Noël est alors devenue une tradition que de nombreuses entreprises respectent avec leurs employés. C’est ainsi qu’au fil des années, la distribution de paniers de Noël est devenue une caractéristique de la culture d'entreprise, un signe de confiance et de gratitude envers les salariés. 

La tradition a cependant connu des hauts et des bas, notamment lors de la dernière crise économique de 2008, au point qu’elle se serait alors effondrée de près de 40%, d’après un article de Larazon.es sur le sujet. Mais elle est en pleine recrudescence depuis 2014, et ce rebond est interprété comme un bon indicateur du marché du travail dans le pays. 

Lire aussi

Des bémols ?

Si la coutume n’est pas universelle, elle est en tout cas tellement enracinée que les fournisseurs impriment chaque année d’épais catalogues où les lots s’échelonnent de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros pièce. Preuve du dynamisme actuel du secteur, l'un des plus gros de ces fournisseurs, Sadivalk, est passé en 40 ans de travail de 12 à plus de 200 employés, et écoule 450.000 paniers de Noël chaque année. 

Chaque employeur peut composer son petit cadeau de Noël comme il l’entend. Mais dans les faits, la plupart des paniers distribués sont commandés auprès d’entreprises du secteur alimentaire, où ils peuvent tout de même coûter jusqu’à 1000 euros, selon la qualité et la quantité des produits. Certains utilisent des contenants en osier, mais se développent aussi les boîtes de toutes sortes, notamment en carton, moins chères. On y trouve, selon les choix, des friandises de Noël (nougat, mazapan, polvorone...), mais aussi de la charcuterie (saucisses, chorizo, salami, jambon serrano), ou encore des fromages, du chocolat, des bouteilles de vin...

En vidéo

Les colis de Noël réchauffent le cœur des aînés

Alors, on s'y met ou pas ?

Les salariés espagnols sont très attachés à cette tradition. Au point que la pratique fait même l’objet de requêtes régulières en justice. La dernière en date vient des 1.600 employés de Fujitsu Technology Solutions, qui s’étaient vus retirer leur panier en 2017. Ils ont alors saisi la Cour suprême, équivalent de notre Cour de cassation. Et les juges viennent de trancher : une entreprise ayant instauré la tradition ne peut y mettre un terme unilatéralement. Car le panier de Noël n'est pas un cadeau, mais un droit acquis des travailleurs, rapporte El Pais. La Cour suprême a notamment considéré que la répétition dans le temps de cette pratique, et le fait qu'elle soit destinée à l'ensemble du personnel, en faisait même la "condition la plus avantageuse" du contrat de travail. 

La Cour suprême en est à son quatrième verdict sur le sujet, dont trois favorables aux salariés. C’est comme ça qu'en juillet 2018, l'instance a contraint la société Transcom à livrer le panier de Noël 2016 à ses employés, qui avait été en effet annulé et remplacé par un cocktail, alors que le panier reçu en 2015 consistait en un panetone, sorte de brioche, d'une valeur de 4 euros. 

En France, la tradition du panier garni est davantage cantonnée à celui du cadeau d’entreprise ou cadeau d'affaires, pour soigner ses clients. Mais en l’occurrence, cette tendance de cadeau "consommable" ou "périssable" est remplacée par des objets dit de "communication", tels que des mugs ou des tapis de souris. Des objets qui ont une chance de rester sur le bureau ou en déco, et ainsi rappeler qui les a offerts... 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent