IDÉES D’AILLEURS – Pour mieux les attirer, cette société belge offre des congés illimités à ses salariés

IDÉES D’AILLEURS – Pour mieux les attirer, cette société belge offre des congés illimités à ses salariés
Open-space

WORKING ABROAD - LCI explore dans cette rubrique les initiatives ou pratiques menées dans d’autres pays en matière d'organisation du travail. Des idées dont on pourrait s'inspirer, ou à l'inverse à bannir. Aujourd’hui, nous partons à la découverte d'une société belge qui, pour être plus attractive, instaure des congés illimités.

Légalement, les salariés de la société Jonckers avaient jusqu'ici droit à 20 jours de congés par an. Bientôt, il n’y aura plus de plafond : place aux congés illimités ! C’est le système que va instaurer en mars cette entreprise belge spécialisée dans les logiciels de traduction. 

Ce que ça donne

A partir de mars prochain, les 172 employés de cette société seront obligés de poser leurs 20 jours de congés et de récupérer leurs heures supplémentaires. Puis chacun pourra ensuite prendre le nombre de jours de vacances qu'il souhaite. 

Dans La Libre Belgique, qui rapporte cette initiative, le patron, Geo Janssens, assume ce choix : "On veut que nos employés prennent plus de congés payés".  Une volonté qui concerne l’ensemble des salariés des dix pays où la société est présente. Le bureau tchèque a déjà mis en œuvre cet avantage depuis le début de l'année. "L'idée est que, d'ici juin, les employés des dix pays où nous sommes présents puissent en bénéficier", indique l'homme d'affaires.

Lire aussi

Des bémols ?

Evidemment, une telle mesure n’est pas désintéressée. Et le patron est surtout plein de bon sens. Son initiative vise à améliorer le bien-être au travail, à lutter contre l’absentéisme. Mais aussi et surtout à se démarquer, dans un univers hyper concurrentiel comme celui de l’intelligence artificielle, où la pénurie est très forte sur certaines compétences. Geo Janssens y voit donc une manière d’attirer et garder les talents. 

Jonckers a ainsi par exemple besoin de développeurs pour son logiciel de traduction basé sur l'intelligence artificielle, dont certains demandent jusqu'à 400.000 euros par an. "On ne peut pas suivre cette surenchère des salaires, mais on peut attirer ces profils très recherchés et les garder en leur proposant des conditions de travail plus humaine", explique-t-il ainsi au journal de La Dernière Heure.

Alors, on s’y met ou pas ?

Jonkers n'est pas la première entreprise à offrir des congés illimités. Le concept est né dans les années 2000 aux États-Unis, sous l’impulsion des entreprises de la Silicon Valley. Linkedin, Netflix, Evernote les ont adoptés. Là encore, il s'agit de se distinguer de la concurrence dans le cadre de la guerre des cerveaux. 

En France, si le concept fascine, il est cependant moins développé, une poignée d'entreprises seulement ayant franchi le pas. Une des explications serait que l'essor des vacances illimitées outre-Atlantique s'explique par un droit du travail beaucoup moins favorable que dans l'Hexagone : là-bas, l'employeur n'a aucune obligation légale d'octroyer des congés payés à ses salariés.

De manière générale, les patrons qui ont l'expérimenté s’accordent à dire que, au final, les salariés n'abusent pas de ce privilège, le rendu de leur travail et leurs objectifs restant leur priorité. François Raynaud de Fitte, cofondateur de la start-up de livraison de repas Popchef, expliquait ainsi en 2017 au Figaro que l’idée était de mettre en place une culture d'entreprise axée autour de la "liberté" et de la "responsabilisation" des salariés, en se reposant sur la confiance réciproque. Martial Demange, le gérant du groupe immobilier Avinim, dans les Vosges, mettait lui aussi en avant des salariés "heureux, responsables" et n'abusant pas du système : en moyenne selon lui, ils prennent "une semaine supplémentaire de congés payés".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent