VIDÉO - J'ai testé pour vous l'improvisation théâtrale pour être meilleure au boulot

VIDÉO - J'ai testé pour vous l'improvisation théâtrale pour être meilleure au boulot
Open-space

REPORTAGE - Apprendre à développer son charisme pour mieux convaincre ou à mieux écouter ses collègues pour plus d'harmonie : voilà quelques-unes des promesses de l'organisme de formation ImprO2. Depuis plusieurs années, il dispense des ateliers d'improvisation théâtrale à destination du monde de l'entreprise. Nous avons participé à une session d'initiation.

La prise de parole en groupe, ce n'est pas vraiment mon fort. C’est donc avec une pointe d’appréhension mêlée de curiosité que je me suis rendue courant février à un atelier d’improvisation théâtrale destiné à améliorer ses capacités d’écoute et d’expression en entreprise. Il est orchestré par l’organisme de formation ImprO2, qui compte vingt-cinq comédiens-consultants ayant déjà tous occupé des postes à responsabilités dans différentes sociétés. Le rendez-vous est pris au Théo Théâtre, dans le XVe arrondissement de Paris, à 14h.

J’y retrouve Anne-Claire Veysset, la directrice générale d’ImprO2, qui anime cet après-midi découverte proposé gratuitement. Légèrement en retard, je me joins à la trentaine de personnes déjà sur scène, se déplaçant à la queue leu-leu en chantant à tue-tête sous les consignes de la comédienne. Ambiance, quand tu nous tiens… 

Voir aussi

Des exercices pour savoir trouver sa place en entreprise

S’en suivent plusieurs exercices. Le premier : trouver un slogan par groupe de dix et l'édicter en parfait chœur, le tout en trois secondes. Un travail qui permet, selon la directrice générale de l'organisme, de savoir trouver instinctivement un équilibre de groupe. Qui mène ? Qui suit ? Qui émet des propositions ? Qui écoute ? Qui donne son avis ? Le tout étant qu'au bout du compte, l'harmonie soit visible et audible.

Vient ensuite l'exercice de la "carte postale". Après l’indication d’un thème complètement loufoque, comme "Soirée techno sous l’océan" pour mon groupe, les participants doivent s’avancer un à un sur la scène, endossant un rôle qui doit si possible venir appuyer celui des autres afin de raconter une histoire. Pas évident, dans le temps imparti, de trouver un personnage qui ne paraisse pas trop ridicule aux yeux de tous ces inconnus et qui colle à la carte postale. Le but, justement, est d'apprendre instinctivement à se soutenir les uns les autres et à ne pas trop la jouer "solo" afin que le groupe dispose d'un réel moteur. 

Troisième exercice marquant, celui de la prise de parole sous les yeux bienveillants des autres participants. La consigne est de dire tout haut une phrase toute bête tandis que les autres applaudissent à tout rompre "comme s'il s'agissait de la phrase du siècle". Ainsi, même s'il s'agit de la première fois que je me retrouve seule sur la scène, savoir que mon public ne me juge pas s'avère rassurant. J'annonce donc avec fierté : "Aujourd'hui, j'ai marché dix minutes !", tel l’exploit de ma journée. Sous les hourras de la foule, je retourne à ma place, souriante et soulagée d'un tel succès. Pour Anne-Claire Veysset, il s'agit de faire comprendre qu'un environnement bienveillant permet de libérer toute sa créativité sans complexe.

Lire aussi

Après quatre heures passées dans cet atelier, le moment est venu de se quitter. Si, en raison de notre grand nombre, nous n'avons pas pu beaucoup jouer individuellement, l'après-midi a tout de même été enrichissante. Tant sur le plan personnel, puisque des personnes de tous horizons étaient présentes, que sur le plan professionnel, grâce aux analyses pertinentes d'Anne-Claire Veysset sur le comportement et les réactions de chacun lors des exercices.

J'en ai ainsi un peu plus appris sur moi et sur la façon dont peut fonctionner un groupe. Des enseignements que je tenterai sans nul doute de mettre à profit lors de mes prochaines réunions.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter