"Je ne veux pas rentrer" : pourquoi nous avons le blues du retour de vacances et l’envie de tout changer au travail

Open-space

PSY - Avec les vacances, et la rentrée qui s'en suit, surgissent bien souvent des désirs de nouveaux horizons professionnels, ou tout au moins de nouvelles habitudes.

Vous êtes partis trois semaines et avez totalement coupé. Du soleil, de l’eau claire, des repas à pas d’heure, des apéros à refaire le monde, des siestes… et voilà que se profile, déjà, la rentrée. Pas de doute, vous n’avez aucune, aucune envie d’y retourner. Et ressentez, à la veille du jour J, une boule au ventre, digne de vos rentrées d’écoliers : vous ne voulez pas retrouver vos collègues. Ne voulez pas revoir votre chef. Et ne pas reprendre ces dossiers qui n’avancent pas. 

Car c’est un fait : nous avons, souvent, le blues du retour de vacances. Alors que justement, ce temps d’accalmie permet de se reposer, de déconnecter, de regagner de la vitalité. Mais c’est aussi le temps des questionnements, de la prise de distance avec le quotidien. Et d’envie, bien souvent, de changement. Car cette prise de recul est propice à la réflexion. Bizarrement, troquer ce lâcher-prise de l’été, contre cet horizon quotidien de "course pour emmener les enfants à l’école, ligne de métro bondée, réunion, sandwich derrière l’ordinateur", vous parait un brin déprimant. Les questions s'enclenchent : ce que je fais a-t-il un sens ? Et si je me lançais dans cette activité de professeur de yoga qui m’a toujours fait rêver ? "Vos envies profondes remontent à la surface. Vous abordez la rentrée, connecté à vos réelles aspirations et vous prenez conscience de ce qui n’est plus en phase avec vos envies", estiment les co-fondatrices de Switch collective, un programme qui s’adresse à ceux qui ont envie de changer de job ou lui redonner un sens, dans un article dédié au sujet sur Psychologie.com.

Pourquoi on a envie de tout remettre à plat

La rentrée, c’est aussi un nouveau chapitre qui s’ouvre, et avec lui l’envie de tout remettre à plat, de faire le ménage, voire de partir dans une autre direction. En 2016, un sondage du cabinet de recrutement Robert-Half indiquait qu’à la rentrée, 60% des Français rêvaient de nouvelles aventures professionnelles. Chez Switch Collective, le constat est là : "Cela fait 3 ans que nous observons ce phénomène : la rentrée représente notre plus fort pic d’inscription à Fais le Bilan, le programme que nous avons créé pour accompagner les individus dans la réinvention de leurs parcours professionnel", indique l'équipe. "Et si 75% de nos participants reprennent néanmoins le chemin du travail en septembre, c’est aussi à ce moment qu’ils sont le plus nombreux à se lancer pour suivre en parallèle notre programme durant les soirs et week-ends".

La start-up a mené un petit sondage en interne, pour connaître le déclic  qui a poussé les gens à s'inscrire : "Sur plus de 900 réponses à la question, 45% disent que les grandes vacances et sa période d’inactivité prolongée ont été le principal déclencheur, derrière des problématiques plus particulières liées à des relations avec le management (13%) ou un burn-out (9%)."

Comment profiter de cet élan

Si, donc, le temps mort des vacances risque fort de provoquer cette envie d’horizon nouveau, il faut en profiter. Ne pas rester à déprimer derrière son ordinateur et lancer un nouveau cycle, de nouvelles habitudes. Cela peut être de petites choses : "Par exemple : donner une nouvelle tournure à votre carrière, retrouver plaisir à travailler, mieux équilibrer votre vie professionnelle et votre vie privée", écrit Switch Collective. Evidemment, il ne s'agit pas - forcément - de perpétuer le rituel de la sieste après le déjeuner arrosé au rosé, mais "plutôt de ne pas perdre cette connexion à soi" : "Au quotidien, notre corps est bien souvent mis en sourdine, car nous n'avons pas le temps de traiter les messages qu’il nous envoie", estime encore l'équipe. "L'écouter, c’est accepter de naviguer autrement que guidé(e) par son mental. Dans des moments d’hésitation ("Je me lance ou pas ?"), notre corps peut nous aider à décider, et surtout, il est notre meilleure boussole pour nous indiquer la direction à suivre pour nous sentir aligné avec nous-même." Être aligné, c'est, par exemple, se rendre compte qu'on a le ventre noué dans telle situation ou, au contraire, ressentir une excitation lors de telle activité... et savoir écouter ces signaux envoyés par le corps, pour orienter ses décisions.

En vidéo

Ces Français qui ne partent pas en vacances

Voir aussi

Les vacances, la belle météo, le temps pris pour soi, nous ont aussi amenés, en étant mieux, à sortir de notre zone de confort. "On s'autorise des "minis frissons", on joue avec ses limites", estime l'équipe. "A la rentrée… ne changez rien en changeant tout (ou presque) ! Continuez de faire des minis pas de côté : allez à une exposition sur cet artiste qui vous plaît, achetez ce hors-série de magazine spécialisé, participez à un atelier de yoga, écoutez l’interview de cet entrepreneur inspirant…." 

Les vacances, ont aussi apporté une grande bouffée d'air frais, de grand air, qu'elles se soient passées sur une serviette au bord de la mer, en randonnée en montagne. "Sans vous en rendre compte, vous êtes en permanence dehors, à respirer autre chose que de la clim’ en circuit fermé dans votre voiture ou votre bureau. Vous vous oxygénez", indique encore Switch Collective. "Les études l’ont prouvé : s’aérer, marcher en pleine nature, stimule le système immunitaire, mais aussi la créativité et participe à diminuer les sentiments de stress et d’anxiété." Le geste est donc à perpétuer, autant que faire se peut, à la rentrée : sortez. Autant de nouvelles habitudes et petits rituels, qui permettront de se ressourcer, et de faire s'envoler les tensions pour être plus apaisé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter