Malgré la réforme des 35 heures, les hommes n'en font pas (beaucoup) plus à la maison

Malgré la réforme des 35 heures, les hommes n'en font pas (beaucoup) plus à la maison
Open-space

Toute L'info sur

Les Français travaillent-ils trop ?

ÉTUDE - La réforme des 35 heures a modifié l’organisation des activités domestiques des hommes et des femmes, selon de récents travaux de l'Ined. Sauf que si chacun a désormais plus de temps libre, l'asymétrie des tâches ménagères s'est renforcée.

La réforme des 35 heures n’a pas eu que des impacts sur le temps de travail. Elle a aussi révolutionné, démultiplié le temps personnel. Et comment celui-ci s’est-il organisé ? Qu’ont fait les travailleurs de leur temps libre ? Deux chercheuses de l’Ined, Ariane Pailhé et Anne Solaz, ont réalisé avec le consultant Arthur Souletie une des rares études (leurs travaux ont été publiés le 23 janvier dernier sur le site de l'Ined) permettant d’évaluer les conséquences de cette réforme dans la sphère privée.

Et alors que le temps libéré par la réforme est identique pour les hommes et les femmes, les recherches montrent que les deux sexes n’en font pas la même utilisation. "Les femmes restent responsables des tâches ménagères courantes et répétitives tandis que les hommes effectuent des tâches plus flexibles dans le temps, et assouplissent ainsi leur emploi du temps", indique ainsi l’étude, également publiée cet été dans la Revue européenne de sociologie.

En vidéo

Inégalités : le mal du siècle ?

Les hommes peuvent mieux organiser leur emploi du temps

En fait, révèle l’étude, la réforme des 35 heures a même renforcé l’asymétrie des tâches. Alors oui, évidemment, les hommes aux 35 heures consacrent plus de temps aux activités domestiques que leurs homologues aux 39 heures, environ 12 minutes de plus par jour. Ils s’y attellent d'ailleurs davantage les jours de semaine, et s’adonnent à des tâches telles que le bricolage et le jardinage, les démarches administratives et la garde d’enfants "récréative". En revanche, ce temps consacré en semaine leur libère du temps le week-end, où ils s'occupent moins qu'avant de ces tâches. 

De leur côté, en se mettant aux 35 heures, les femmes n’ont pas consacré plus de temps au tâches domestiques… mais aux enfants, notamment dans des tâches de soins. Le fameux "mercredi RTT", par exemple, est souvent pris par les femmes, et souvent consacré à convoyer les enfants d'activité en activité. Les leurs, elles, restent très genrées. Ainsi, qu’elles travaillent à 35 ou 39 heures, les femmes font très rarement du bricolage (89 % n’en font pas) tandis que la plupart des hommes ne font jamais de repassage (86 %). En revanche, note l’étude,  une majorité de femmes fait la cuisine, la vaisselle et le ménage quotidiennement. Et alors que les tâches effectuées par les femmes sont courantes et répétitives, celles effectuées par les hommes sont plus discrétionnaires et leur permettent de mieux organiser leur emploi du temps entre semaine et week-end.

Lire aussi

Une tendance générale des sociétés occidentales

"Cette utilisation spécifique de la même quantité de temps supplémentaire par les hommes et les femmes montre que la répartition des tâches domestiques n'est pas seulement une question de disponibilité de temps, mais qu'elle est également profondément 'genrée'", indique l’étude. "La réallocation de ce temps correspond aux stéréotypes et normes de genre traditionnels."  Les comportements des hommes et des femmes le week-end illustrerait particulièrement ce phénomène, avec un surinvestissement dans les tâches socialement stéréotypées - bricolage et jardinage pour les hommes, garde d'enfants pour les femmes - et un sous-investissement pour les hommes dans les travaux ménagers - notamment s’agissant du ménage et du linge.

Au final, les grands gagnants de toute cette évolution sont les enfants, un  constat "conforme à la tendance croissante à consacrer plus de temps aux activités parentales au fil du temps, qui a été observée dans les pays développés" , indique l’étude. "Cette réallocation du temps confirme l’évolution des normes parentales. Les enfants reçoivent plus d’attention et de temps de la part des parents parce que l’investissement parental est désormais considéré comme une nécessité, ce qui peut être bénéfique pour leur développement émotionnel."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent