A-t-on le droit de refuser de travailler quand il fait chaud ?

Open-space

Toute L'info sur

Nos conseils pour affronter les épisodes caniculaires

LÉGISLATION - Tout le territoire va connaître un épisode caniculaire exceptionnel pour un mois de juin, à compter de ce lundi 24. Les températures vont grimper par endroit jusqu'à 42°. Que peuvent faire les personnes qui travaillent en extérieur durant cette période ? La loi les autorise-t-elle pour autant à lever le pied ? On fait le point.

 La guerre de la clim' fait rage dans les bureaux en période de fortes chaleurs. Mais dehors, les salariés qui vont travailler sous le "cagnard" ne pourront pas profiter de cet air frais. A l'extérieur, le mercure pourrait grimper, dans certaines régions, jusqu'à 42° à partir de lundi. Un temps à ne pas mettre le nez dehors. Et pourtant, jardiniers, ouvriers du BTP, serveurs en terrasse, etc... de nombreux professionnels vont devoir composer avec ces températures accablantes. Que peuvent-ils faire ? 

Eau et local frais

Aucun seuil de température à partir duquel le travail doit être suspendu n'est fixé dans la loi. Seules quelques recommandations émises par l'Institut national de recherche et sécurité (INRS) suite à la canicule de 2003. 


> Les employeurs doivent donc désormais mettre à disposition de leurs équipes au moins trois litres d'eau par jour ainsi qu'un local frais


> Autre recommandation : permettre aux employés d'arriver plus tôt le matin et d'échapper aux heures les plus chaudes de la journée. 

Petite précision tout de même : le Code du Travail permet au salarié qui juge les conditions de travail dangereuses pour sa santé d'exercer un droit de retrait. A l’employeur, ensuite, d'accepter ou non.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter