Petit déj’ entre collègues ou apéro de boulot : les jeunes ont plus envie de moment de convivialité que leurs aînés

Open-space

LIEN SOCIAL - Selon une étude Ipsos, les jeunes générations seraient plus disposées que leurs aînés à organiser des moments de convivialité au travail.

Le petit rituel de l’apéro dans un coin de bureau serait-il en train de disparaître ? Et encore plus pour les fêtes de fin d’année ? Une étude de l’Ipsos pour Lavazza montre que, si par exemple de nombreuses entreprises organisent des événements corporate pour les fêtes de fin d’année, les cadres sont cependant sensiblement moins nombreux à mettre en place de tels moments festifs entre eux : 53% d’entre eux seulement déclarent le faire. 

Ces moments peuvent prendre plusieurs formes. Un tiers organise par exemple un moment de convivialité au sein du bureau, type petit-déjeuner ou goûter. Ils sont un peu moins nombreux, environ 1 sur 4, à en proposer en soirée à l’extérieur, par exemple restaurant ou bar. De la même manière, les rituels un peu "décalés" sont très marginaux au sein des entreprises. Un cadre sur cinq déclare ainsi avoir déjà échangé des cadeaux. Et  des événements comme le plus beau pull de noël, dont on parle beaucoup ces dernières années, reste en fait  assez rare : seuls 8% des cadres interrogés déclarent le pratiquer. 

Lire aussi

Les Millenials cassent les codes

Mais une certaine tranche de salariés va à contre-courant de ce mouvement. Les Millenials, les jeunes de moins de 35 ans, se distinguent en effet nettement. Ils sont systématiquement plus nombreux que la moyenne à organiser des moments de convivialité au travail  -37% contre 29% chez leurs collègues de 50 ans et plus-, à proposer des sorties en soirée (33% vs 23%) ou encore à procéder à un échange de cadeaux (32% vs 10%). C’est d’ailleurs avec ce type d’initiative que l’écart générationnel est le plus marqué (22 points). Ils sont enfin les plus nombreux à organiser des concours du plus beau ou du plus ridicule pull de Noël (13% vs 4%).

Comment expliquer cette différence ? Les esprits chagrins invoqueront le fait que les jeunes sont, par nature, plus festifs, plus disponibles, peut-être plus désireux de s’intégrer et nouer des relations en entreprise. Mais le facteur humain peut aussi jouer : une étude menée par Dell technologies sur les Millenials montre que, même s’ils sont en effet nés avec le portable à la main, ils aspirent pour autant à plus de contact humain et à effectuer un travail avec du sens. 36% d’entre eux veulent ainsi privilégier le face-à-face comme méthode de communication avec des collègues, devant le téléphone et le SMS, les mails venant en dernier. 

Lire et commenter