Pourquoi votre patron a tout intérêt à vous faire vacciner contre la grippe (entre 2 mails et 3 réunions)

Pourquoi votre patron a tout intérêt à vous faire vacciner contre la grippe (entre 2 mails et 3 réunions)

open-space
DirectLCI
De plus en plus d’entreprises proposent de vous faire vacciner sur votre lieu de travail. Comment ? Pourquoi ? Le point avec Patricia Ourmiah, responsable Innovation et Service de Klesia, organisme de protection sociale.

"Hé, vous saviez qu’on pouvait se faire vacciner ? Ils proposent ça à l’infirmerie, on vient d’y aller avec Serge et Lisa, c'est génial ça nous a pris 5 minutes." Marie, salariée dans une grande entreprise parisienne, est très contente. C’est la première fois qu’elle se fait vacciner contre la grippe : le dispositif est proposé sur son lieu de travail. "J’ai eu la grippe l’an dernier, j’étais dans un tel état... Alors j’ai profité de l’occasion", raconte-t-elle. Car en temps normal, pour cette mère de deux enfants qui cavale entre le travail, les trajets et ses diverses obligations, le rendez-vous chez le médecin pour se faire vacciner, qui nécessite d'avoir acheté la vaccin auparavant chez le pharmacien, est loin d'être la priorité.


De plus en plus d’entreprises proposent sur le lieu de travail ce service, souvent gratuit, de vaccination contre la grippe. Pratique, et sympathique ! Mais ne vous étonnez pas, ce n’est pas (si) désintéressé ... Entretien avec Patricia Ourmiah, responsable innovation et service chez Klesia, groupe de protection sociale qui propose aux entreprises qu'il couvre d'organisation la vaccination de leurs salariés. 

LCI : Quel est le coût de la grippe pour une entreprise ?

Patricia Ourmiah : Deux cas de grippe sur trois surviennent chaque année chez les actifs ; et 78% des personnes qui ont la grippe prennent un arrêt de travail. En moyenne, l’arrêt de travail est de 4, 8 jours, mais cela peut varier de 1 à 17 jours, selon l'état de santé du salarié ou la sévérité de l’épidémie. Et c’est sans parler du temps qu’il faut parfois pour bien s’en remettre, environ 2 à 3 semaines, voire plusieurs mois. On n’a pas de coût en euros, mais on sait que cela fait de 2 à 12 millions de journées de travail perdues chaque année selon l’intensité de la grippe. 

Pour l’entreprise, c’est du personnel absent, ou moins productif. Cela peut engendrer une désorganisation de l’activité, voire même des coûts supplémentaires, car dans certains secteurs professionnels, comme l’hôtellerie, la restauration, il est obligatoire de remplacer le personnel absent. L’enjeu est d’autant plus important que la période de fin d’année peut être cruciale pour certaines entreprises, par exemple dans le secteur du transport et de la logistique.


L’enjeu est également important pour les métiers qui sont en relation directe avec le public, et encore plus pour les professionnels de santé. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a souligné à nouveau cette année l’importance de la vaccination des professionnels de santé pour protéger les usagers. Ainsi, par exemple, pour les pharmacies : elles reçoivent des patients qui  peuvent avoir la grippe, et accueillent aussi des patients fragiles âgés ou souffrant de maladies chroniques. 

En vidéo

Grippe : la campagne de vaccination 2018-2019 démarre le 6 octobre

Y-a-t-il de plus en plus d’entreprise qui proposent cette vaccination sur le lieu de travail ?

Nous proposons ce service, auquel les entreprises peuvent s'inscrire, depuis 2015, et nous constatons une augmentation des demandes d'année en année. Ainsi, plus de 50.000 salariés seront sensibilisés cette année à l’intérêt de la vaccination grippale chez nos clients, contre 40.000 l’an dernier. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette tendance. D’abord le fait que nous promouvions ce service, et qu’il est de plus en plus connu et approprié par nos clients. Deuxième chose, les notions de qualité de vie au travail, de santé et de bien-être sont de plus en plus intégrées par les entreprises. Et cet acte de prévention sur le lieu de travail contribue à faciliter la conciliation entre vie professionnelle et personnelle. Il y a, enfin, le contexte global : aujourd’hui, la ministre de la Santé est très engagée sur le sujet, et il y a un discours assumé des autorité de santé pour la vaccination.   


Les salariés sont-ils sensibles à la démarche ? Y a-t-il des effets concrets en terme de personnes vaccinées ?

Nos retours montrent que 100% des salariés qui se font vacciner sont satisfaits. C’est important, cela montre qu’on apporte un service de prévention sur le lieu de travail qui facilite la vie du salarié. Quant au taux de vaccination, il est très variable selon le secteur et la taille de l’entreprise, en allant de 8 à 75%.  Par exemple, dans une petite officine de 4 salariés, c’est environ 3 employés sur 4 qui se font vacciner. Dans une entreprise de 3.000 salariés comme la nôtre, le pourcentage est de 10%. Mais le plus intéressant, c'est que l’on a observé ces deux dernières années que plus de 20 % des salariés qui se faisaient vacciner en entreprise étaient des primo-vaccinants. Cela montre bien que le fait que ce soit proposé sur lieu de travail est incitatif et facilitateur. 

En vidéo

Vaccination contre la grippe en pharmacie : l'expérimentation élargie cette année, et généralisée l'année prochaine

Quelles sont les motivations affichées par les salariés quand ils passent à l’action ?

La première raison invoquée, est que les salariés souhaitent protéger les personnes de leur entourage personnel, mais aussi professionnel, à 43% ; suit ensuite le fait que bien que n’ayant jamais eu la grippe, les salariés souhaitent s’en protéger, ou encore, à l’inverse qu’ils ne souhaitent pas l’avoir à nouveau !


Le message est aussi bien passé auprès des entreprises : elles indiquent que leur motivation première est d'abord le fait de vouloir offrir au salarié un service qui facilite cet acte de prévention (86%). Mais la lutte contre l’absentéisme arrive en deuxième position (71%).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter