"Recrutez une femme et faites des économies" : le site "PinkJobs" provoque l'indignation (pour la bonne cause)

"Recrutez une femme et faites des économies" : le site "PinkJobs" provoque l'indignation (pour la bonne cause)
Open-space

INÉGALITÉS SALARIALES – La plateforme PinkJobs recense 5.000 femmes aux profils variés. Son concept : permettre aux entrepreneurs de recruter à moindre coût, sachant que le salaire des femmes est moins élevé que les hommes. Mais pour comprendre le véritable sens de cette démarche, il faut regarder tout en bas du site...

"Embaucher une femme, c’est comme un homme, mais moins cher !", "Faites des économies, recrutez une femme !", "Les femmes : de la main d’œuvre de qualité et 23, 7% moins chère". Les slogans de PinkJobs, plateforme de recrutement en ligne lancée il y a quelques semaines, ont le mérite d’être clairs. Et frappés au coin du bon sens pour tout patron un peu près de son porte-monnaie, puisque les femmes sont effectivement moins payées que les hommes, ou souhaitant améliorer à moindre frais la parité dans son entreprise. 

Pinkjobs.fr propose, comme sur catalogue, un vivier de 5.000 candidates, photos et petits portraits à l’appui. "Trouvez la candidate idéale parmi nos milliers de profils hautement qualifiés et vérifiés, décidez unilatéralement des conditions de travail afin de conserver l’esprit traditionnel de votre entreprise, ne payez que ce que vous voulez. Et bonus, pas besoin de les augmenter ni les promouvoir !". Parmi les "profils à la Une", celui de Marjorie, chargée de com, 35 ans, 9 ans d’expérience. "Economie sur salaire de -14% et un "petit plus" : sourit poliment aux blagues sexistes", promet le site. 

Voir aussi

Normalement, si vous avez le sang chaud, vous avez déjà eu envie de donner un coup dans votre écran. Si vous l'avez plus froid, vous vous êtes pincé sagement, en vous demandant comment une telle démarche était encore possible. Vous avez cherché à comprendre. Vous avez peut-être cliqué sur l’onglet "contact", et reçu, dans votre boîte Outlook, un mail avec en objet : "PinkJobs ? Oui c'est absurde. Mais pas plus que les inégalités salariales qui existent encore en France".  Ou vous avez continué à scroller, vers le bas du site, et êtes tombé sur ce message : "Vous trouvez ça complètement absurde ? Pourtant ça ne l’est pas plus que les 23,7% de différence de salaire entre les femmes et les hommes aujourd’hui en France. Ça c’est vraiment absurde."

Et oui, tout cela est bien une grosse farce, orchestrée par Equally work, une start-up qui veut en finir avec les inégalités au travail, et notamment de salaires entre hommes et femmes.  Et si le site qu'elle a créé de toute pièce n’est que le raisonnement poussé au bout d’une situation absurde, il est basé sur des chiffres très réels : en France, l’écart de salaire entre les hommes et les femmes est d’environ 20%. Un gap illustré très concrètement par le mouvement #5Novembre16h47, qui a calculé que depuis cette date et et jusqu'à la fin de l'année, les femmes travaillent gratuitement du fait des inégalités salariales.

Jouer sur l'énorme. La provocation. Et si c'était ça, la solution ? Sur Twitter cependant, de nombreux internautes s'insurgent, sans avoir pris le temps de consulter le site jusqu'au bout. "C’est une blague ?", demande ainsi l'un. "Vous pouvez aussi décider de les payer décemment", recommande une autre. Indignés. Et c'est bien le but ; choquer pour sensibiliser.

"L'objectif, c'est que l'indignation autour de PinkJobs se transforme en indignation autour des inégalités salariales", explique sur RTL  Morgane Dion, fondatrice d'Equally Work. Le bad buzz, on le sait, c'est aussi de la publicité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter