"Un collègue en zombie avait fait peur à la RH" : Halloween, est-ce que ça se fête aussi au bureau ?

Open-space

VOUS NOUS AVEZ RACONTÉ - Les Américains, Canadiens ou Québécois raffolent de la tradition d’Halloween, au point qu’ils la fêtent même au bureau. Cela peut en effet être l’occasion de passer un bon moment, détendu et déguisé, avec les collègues. Et en France, qu'en est-il ?

Et si Halloween n’était pas que pour les enfants ? Et si on le célébrait aussi au bureau ? En Amérique du Nord, la tradition est si bien ancrée que la question ne se pose même pas, chacun peaufinant, des mois avant, les costumes, les animations, la décoration du bureau.  

Une étude américaine de 2017 a même montré tout l’intérêt qu’il y avait à autoriser ce genre de petite fête dans les locaux : des salariés heureux, plus investis au travail, reconnaissants envers l’employeur.  Mais en France, bien que les articles pour "bien célébrer Halloween au bureau" pullulent en ligne, la pratique semble dans la réalité plus... frileuse. 

Voir aussi

D'abord, en bons Français, on s'écharpe sur le sujet. Sur les réseaux sociaux s'affichent les camps des "contre" et des "pour". Il y a ceux pour qui Halloween est une fête "commerciale et macabre" ; ceux, encore, qui "préfèrent mardi gras". Invités à réagir à la question sur notre page Facebook, des internautes, comme Géraldine, sont catégoriques : "Cela ne fait pas partie de notre culture, c'est à peine une mode, et qui n’amuse que les enfants, alors fêter Halloween en France, au bureau ! N'importe quoi !" 

Un collègue en zombie, caché derrière la porte, avait fait peur à la RH et au directeur financier !- Shana, salariée

Et puis il y a les pour. Shana travaillait il y a quelques années dans un cabinet de courtage en assurances, qui avait l'habitude de célébrer au bureau les fêtes, comme Noël et la Saint-Valentin. Elle se souvient avec plaisir de cette journée Halloween organisée par les salariés et la direction. "Nous avions décoré sommairement nos bureaux, revêtu des déguisements, ou plutôt accessoirisé nos tenues, et fait des cupcakes", raconte-t-elle. "Personnellement, je n'avais pas de déguisement, mais j'étais en orange et noir. Certains avaient des masques trash. Cela permet de détendre l'atmosphère, d'aborder la journée avec un peu de légèreté." Et de garder des bons souvenirs : "Comme ce collègue avec son masque de zombie qui attendait chaque personne derrière la porte... Je me rappelle qu'il avait fait peur à la RH et au directeur financier, trop absorbés par ce qu'ils venaient nous dire pour le remarquer !" 

Sarah, qui travaille dans un hôpital à Marseille, se rappelle pour sa part en se gondolant comment, l'an dernier avec trois collègues, elles s'étaient déguisées en fantômes et s'étaient amusées à hanter les couloirs et ascenseurs. Et l’ascenseur qui s'ouvre avec un fantôme dedans, ce sont des cris d'effroi et des fous rires garantis.

En vidéo

Halloween 2018 : les meilleurs costumes des stars

Repas à thème, discours de la PDG, concours de sculpture de citrouille

Et puis il y a ceux qui sont à fond. Vraiment à fond. Comme Erwann. Mais s'il est bien Français, lui est installé depuis trois ans à Québec, au Canada, où il travaille dans une grosse entreprise de matériel numérique. Il a découvert outre-Atlantique une culture du travail très différente, où les barrières hiérarchiques sont moins marquées, où le salarié est choyé, et où des activités sociales, telles que cueillettes de pomme, sorties hivernales et fêtes sont largement encouragées. "Halloween est une tradition est très importante dans la culture anglo-saxonne", nous raconte-t-il. "On y réfléchit des semaines à l’avance. Beaucoup de maisons sont décorées et les magasins proposent des quantités hallucinantes de produits, déco, bonbons, déguisements". Alors au bureau, c'est une évidence. Le jour J, son entreprise organise un repas à thème, avec discours de la PDG, distribution de bonbons, concours de déguisement et de sculpture de citrouilles. Y participent ceux qui veulent. Aucune obligation. Mais à vue de nez, Erwann estime qu’un tiers des salariés jouent le jeu. Et pas qu’à moitié. 

"Certains déguisements sont très recherchés", poursuit-il. "J'ai un collègue qui se fabrique son déguisement chaque année en s’inspirant de l’actualité." Lui-même, qui partage volontiers ses photos souvenirs, se découvre un petit talent en la matière. L'an dernier, il est venu au bureau comme ça : 

L'année d'avant, il était en savant fou.

Cette année, il prévoit d'être sur un ours, avec chemise de bûcheron et hache en plastique. "Ce qui est drôle, c'est que malgré l'événement, les salariés restent studieux, cela ne vire pas du tout à la cour de récréation !",assure Erwann. Ce qui donne d'ailleurs l'occasion de savoureux clichés, comme celui de ce chevalier-collègue égaré sous les néons de l'open-space, qui semble en plein questionnement devant son écran d'ordinateur.

Un peu d'autodérision permettrait de détendre un peu des atmosphères devenus tendues- Erwann, salarié français au Canada

Et de ces moments de décontraction restent de bons souvenirs. "Lors de ma première année, un collègue avait mis la tête de notre PDG dans un bocal !", se rappelle Erwann. "C'était une photo mais cela rendait très bien ! C'était rigolo et le PDG l'a très bien pris, il a même posé en photo avec."  Bref, Halloween au travail, c'est pour lui, "une très bonne chose, car cela casse les codes, et la rigidité que l'on peut avoir dans certaines entreprises", dit-il. "Le fait d'abolir les barrières hiérarchiques favorise une meilleure communication, on n'a pas peur par la suite d'aller voir un responsable quand il y a un problème, cela crée une cohésion d'entreprise. Les gens vont se sentir plus corporate."

Vu de loin, la tenue de ce genre de fête en France lui paraît… moins évidente. "J'ai l'impression qu'en France, le milieu du travail est devenu au fil du temps plus rigide avec ses barrières, ses cadres, ses règles", analyse-t-il. "Pourtant un peu d'autodérision permettrait de détendre un peu des atmosphères devenus tendues." 

Vu de Twitter, il y a du niveau !

Alors, qu'en sera-t-il cette année ? La tradition d'Halloween au bureau prendra-t-elle ? A vue de nez, sur les réseaux sociaux, des fans existent. Et ils sont déjà dans les starting-blocs, voire ont carrément pris de l'avance sur le jour J.

Et c'est vrai qu'honnêtement, vu les éditions précédentes, il y a du niveau. Entre ceux qui s'occupent, en étant au travail pendant le pont...

Ceux qui font les choses bien à fond...

Peut-être, même, un peu trop à fond...

Ceux qui respirent la joie de vivre (bonne pub pour la boîte !) :

Et ceux, les malins, qui pourront aussi réutiliser les costumes pour Mardi Gras !

> Vous souhaitez nous proposer une idée de sujet, autour du monde du travail ? Un témoignage ? Nous poser des questions ou nous soumettre une information concernant la vie d'entreprise ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse slaurent@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter