Accusé de "complicité de tentative de meurtre", le réalisateur Ladj Ly va porter plainte contre "Causeur" et "Valeurs Actuelles"

Accusé de "complicité de tentative de meurtre", le réalisateur Ladj Ly va porter plainte contre "Causeur" et "Valeurs Actuelles"

JUSTICE - Suite à la parution mercredi d’un article relatif à son passé judiciaire, Ladj Ly, le réalisateur du film "Les Misérables", a décidé de porter plainte contre les revues "Causeur" et "Valeurs Actuelles" pour "diffamation" et "diffamation raciale". Explications.

Ladj Ly contre-attaque. Le réalisateur du film "Les Misérables" a annoncé ce jeudi matin son intention de porter plainte pour "diffamation" et "diffamation raciale" contre deux magazines. Tout commence ce mercredi par la publication, sur le site de Causeur, d’un article titrant que le cinéaste originaire de Montfermeil a "fait de la prison pour complicité de tentative de meurtre". 

S’appuyant sur des articles du Parisien et de l’AFP, la journaliste Anne-Sophie Nogaret explique que Ladj Ly a comparu le 2 mars 2011 devant le tribunal de Bobigny pour complicité d’enlèvement, séquestration et tentative de meurtre. "Reconnu coupable, il est condamné à trois ans de prison de ferme", écrit-elle.

Lire aussi

Dans cette affaire, le principal accusé se nomme Amad Ly, figure des quartiers populaires, récompensé par le Prix de l’éthique pour son travail de terrain suite aux émeutes de 2005. De retour d’un voyage au Sénégal, il n’aurait pas supporté de découvrir que sa sœur entretenait une relation avec le mari de leur cousine. 

"Elle n’est plus vierge, elle n’est pas mariée", écrit Anne-Sophie Nogaret. "Selon la religion musulmane, cela porte un nom, la fornication. Comme il y va de l’honneur d’une famille, c’est une transgression qui doit être sévèrement punie. La charia doit s’appliquer."

Des faits qui remontent à janvier 2009

Dans la nuit du 13 au 14 janvier 2009, Amad Ly embarque son frère Mamoudou et leur ami Ladi Ly dans une virée punitive, peut-on lire dans les articles du "Parisien" et de l’AFP à l’époque. Enfermée dans une voiture, la victime réussit à s’enfuir et sera retrouvée le lendemain, dans un bois. Blessée au visage, elle se verra prescrite une ITT de 10 jours. 

Cet article de "Causeur" exhumant cette affaire a fait très rapidement le tour des réseaux sociaux mercredi. Pour le défendre, certains internautes affirment alors qu'il ne peut pas s'agir du réalisateur des "Misérables", puisque l'orthographe du prénom est différente : Ladi Ly, et non Ladj Ly. D’autres assurent qu’il ne pouvait pas être en prison aux dates avancées par Causeur puisqu’il était en train de  tourner un documentaire au Mali.

Ladi Ly est bien Ladj Ly

Pourtant, contacté mercredi par LCI, l’entourage du cinéaste va confirmer que Ladj Ly et Ladi Ly sont bien une seule et même personne. Mais dément qu’il ait été condamné pour "complicité de tentative de meurtre", tout comme l’implication de la religion musulmane dans les faits qui lui sont reprochés. Si son entourage nous assure que le réalisateur n'a jamais caché cette condamnation, pour autant, force est de constater qu'il n'en a jamais parlé lors de la promotion de son film. 

Contacté par nos soins dès mercredi, le tribunal de grande instance de Bobigny précise que "Ladj Ly a été condamné le 2 mars 2011 à 3 ans d’emprisonnement pour arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivie d’une libération avant le septième jour. L’intéressé a interjeté appel de cette décision". En appel, sa peine sera réduite à deux ans de prison dont un ferme. Peine qu'il a purgé.

Aucune volonté de "faire appliquer la charia"

Dans un communiqué qui nous a été transmis dans la nuit de mercredi à jeudi, le cinéaste fait savoir qu’il a chargé ses avocats, Me Hervé Temime et Julia Minkowski, de porter plainte en diffamation et diffamation raciale contre "Causeur" et" Valeurs Actuelles". 

"Ladj Ly a été condamné par la justice en 2012 et a purgé sa peine", peut-on lire. "Aucune violence ne lui était reprochée personnellement dans cette affaire, et a fortiori pas de complicité de tentative de meurtre, ni évidemment d’avoir voulu “faire appliquer la charia”. 

"Il s’interroge sur la publication de ces articles au lendemain de l’annonce de la pré-nomination aux Oscars de son film "Les Misérables", dans lequel il livre son regard sur la vie des banlieues, et qui bénéficie d’un succès public et critique en France", peut-on lire par ailleurs.

Lire aussi

Prix du jury au dernier Festival de Cannes, le film de Ladj Ly est sorti en salles le 20 novembre. Il cumule à ce jour plus de 1,4 millions d’entrées. Nommé au Golden Globe du meilleur film étranger qui sera remis en janvier prochain, il fait partie de la short list des 10 films en lice pour l’Oscar du meilleur film étranger.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 11.000 contaminations ces dernières 24 heures, la baisse se poursuit

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

REVIVEZ - C'est Alexandra qui remporte "Koh-Lanta : les 4 Terres"

Un troisième mystérieux monolithe de métal découvert, en Californie cette fois

Lire et commenter