Accusé de "provocation à la haine", Bob Dylan obtient un non-lieu

Accusé de "provocation à la haine", Bob Dylan obtient un non-lieu

People
DirectLCI
JUSTICE - La justice française vient de prononcer un non-lieu en faveur de Bob Dylan. Le chanteur était accusé d'injure par une association croate.

Fin de la polémique. La juge française en charge du dossier opposant Bob Dylan à une association croate après son interview dans la magazine Rolling Stones, vient de clore deux ans de procédure. La justice française a prononcé un non-lieu. 

La légende du folk-rock américain avait été mise en examen en novembre 2013 à Paris pour "complicité d'injures publiques" et "provocation à la haine" après une plainte avec constitution de partie civile datant de décembre 2012 du Conseil représentatif de la communauté et des institutions croates de France (CRICCF).

Bob Dylan obtient le non-lieu mais l'affaire est renvoyée en correctionnelle

Dans le numéro 47 du mensuel Rolling Stone, l'interprète de "Like a rolling stone" est interrogé sur sa vision de l'Amérique d'aujourd'hui par rapport à celle de la guerre de Sécession: "Le problème, c’est que ce pays est trop obsédé par la couleur de peau. Les Noirs savent que certains Blancs n’auraient jamais abandonné l’esclavage. Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd’hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate."

La juge instruisant le dossier Bob Dylan lui a accordé un non-lieu mardi en observant que le chanteur avait donné son accord à la publication de l'interview dans l'édition américaine du magazine, mais pas dans l'édition française. La loi française sur la presse réprime la provocation à "la discrimination, à la haine, ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée." La juge a ainsi ordonné le renvoi en correctionnelle pour "injures publiques" et "provocation à la haine" du directeur de publication de l'édition française de Rolling Stone. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter