Accusée d’avoir utilisé des dessins indigènes, la créatrice Isabel Marant s’excuse

Isabel Marant à la fin de son défilé de prêt-à-porter en février 2020 à Paris.
People

POLÉMIQUE - La créatrice de mode française a présenté ses excuses au Mexique ainsi qu'à une communauté autochtone pour avoir commercialisé des motifs traditionnels.

Isabel Marant présente ses plus plates excuses au Mexique. La célèbre créatrice de mode française a été pointée du doigt pour avoir exploité commercialement des motifs traditionnels indigènes. Le 4 novembre, la ministre mexicaine de la Culture Alejandra Frausto avait publié une lettre dans laquelle elle demandait à Isabel Marant d'expliquer les raisons pour lesquelles elle avait décidé de "privatiser un bien collectif, en utilisant des éléments culturels dont l’origine est pleinement documentée". 

La ministre estime que les communautés qui ont créé ces dessins pourraient être rétribuées pour l'exploitation à des fins commerciales de leur travail. 

"Si la maison Isabel Marant, et avec elle la créatrice, ont manqué de respect à la communauté Purepecha et au Mexique (...) elles vous implorent, Madame la ministre, et le pays que vous représentez, d'accepter leurs plus sincères excuses", dit une lettre de la maison de couture parisienne datée du 6 novembre qu'Alejandra Frausto a publiée sur son compte Twitter.

La maison Marant affirme que sa marque est "fermement" orientée vers les cultures et traditions étrangères et qu'elle réinterprète ces codes vestimentaires afin de "valoriser et mettre en valeur" le mélange culturel. Elle ajoute que le Mexique est un pays que la créatrice aime et connaît bien, et c'est pourquoi les images des textiles Purepecha ont fait partie de l'inspiration de sa collection Étoile automne-hiver 2020-2021. 

"À l'avenir, nous veillerons à ce que nos intérêts coexistent et rendrons expressément hommage à nos sources d'inspiration, exprimant notre gratitude aux propriétaires d'expressions culturelles traditionnelles", conclut la maison de couture.

Carolina Herrera, Mango et Zara aussi épinglés

Selon les autorités mexicaines, pour sa collection Étoile automne-hiver 2020-2021, Isabel Marant a utilisé des éléments culturels des communautés de Michoacan, de l'État de Mexico, de Tlaxcala, de San Luis Potosi et d'Oaxaca. Est citée comme exemple une cape qui imiterait la géométrie de vêtements de la culture de la population "purepecha", présente dans l'État de Michoacan. Ce vêtement coûte 490 euros, selon le site de vente en ligne d'Isabel Marant, a constaté l'AFP.

En vidéo

L'extraordinaire découverte du plus grand et ancien site Maya au Mexique

En 2019, le Mexique avait déjà reproché à Carolina Herrera, créatrice de mode vénézuélienne installée aux États-Unis, d'avoir copié des broderies colorées propres à la communauté de Tenango. Les marques Zara, Mango et Rapsodia se sont également vu reprocher de "s'approprier" des dessins du Mexique qui, avec 56 groupes ethniques, détient une importante richesse artisanale, tels des tissus et broderies.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 nouveaux cas en 24 heures, une première depuis septembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Évacuation violente à Paris : colère et indignation des élus locaux, Darmanin dénonce des images "choquantes"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent