Accusés d'évasion fiscale, Johnny et Laetitia Hallyday ripostent

Accusés d'évasion fiscale, Johnny et Laetitia Hallyday ripostent

People
DirectLCI
POLÉMIQUE - Un reportage diffusé sur la TSR concernant l'utilisation des réseaux sociaux par le couple Hallyday a déclenché un petite polémique. Conséquence de quoi, Yann Galut, député PS a réclamé que Johnny Hallyday "clarifie sa situation fiscale" en France pour prouver qu'il n'est pas évadé fiscal.

L'abus de posts géolocalisés sur Instagram pourrait nuire à votre régime fiscal. C'est en substance ce qu'il est apparu ce mercredi à la suite d'un reportage consacré à "Johnny Hallyday, Instagram et le régime fiscal" sur la télévision suisse TSR.

Dans cette enquête sur deux ans , il apparait que le couple Hallyday postent très régulièrement des photos privées de concerts, de soirées en famille et de vacances. Toutes ces photos sont datées et géolocalisées. Le propos de l'enquête était de souligner que "si le forfait fiscal bernois dont bénéficie le célèbre couple était basé sur ce qu'il publie sur Instagram ou Twitter, il lui serait compliqué de continuer à y prétendre", explique la journaliste de l'émission Sonar qui diffusait le sujet. 

Des photos géolocalisées et datées qui éveillent les soupçons

Face à la diffusion de cette chronique, le député PS Yann Galut a sommé le chanteur de s'expliquer et de "clarifier sa situation fiscale" pour prouver qu'il n'est pas évadé fiscal, ce jeudi 16 janvier. En effet, selon la législation en vigueur à Gstaad (canton de Bern) où le couple possède une maison, pour bénéficier de ce très avantageux régime, il faut résider en Suisse six mois et un jour par an.

Or, les journalistes de la TSR ont étudié de près les comptes du couple sur les réseaux sociaux et ont relevé que ces derniers ne s'étaient géolocalisés que 15 jours au cours de l'année au lieu des six mois et un jour prévus. L'enquête des journalistes de la TSR montre que "le couple ne passe que très peu de temps dans son chalet suisse de Gstaad, leur résidence principale et domiciliation fiscale", résume M. Galut dans un communiqué.

Les Hallyday ? un "couple suffisant"

Il a par ailleurs souligné en tant qu'ex-rapporteur du projet de loi sur la fraude fiscale à l'Assemblée Nationale, que "si ces révélations s'avèrent réelles, M. Jean-Philippe Smet passerait de la catégorie d'exilé fiscal - qui, bien que parfois immorale, est légale -, à la catégorie des évadés fiscaux, elle, particulièrement scandaleuse et totalement répréhensible. Il pourrait être poursuivi par la justice française pour avoir organisé une fraude à l'impôt". 

Il a par ailleurs demandé que "instamment à Jean-Philippe Smet de clarifier sa situation fiscale et à Bercy de vérifier ses dires avec tout le sérieux et la diligence nécessaire à une affaire aussi symbolique" et jugé que "la suffisance affichée par le couple Hallyday , qui, ouvertement, méprise les règles fiscales suisse et française, est tout bonnement insupportable".

Face à cette polémique, le rockeur s'est exprimé sur son compte Twitter en déclarant simplement : "Ces journalistes sont des imbéciles je suis résident US, et pas résident suisse". De son côté, Laetitia Hallyday a tenu à clarifier les choses sur l'antenne d'Europe 1 : "C'est aberrant. Nous ne sommes plus résidents suisses", a-t-elle précisé. Le média révèle également que les Hallyday ne sont effet pas en infraction puisqu'ils "ont obtenu le statut de 'famille résidente' depuis le début de l'année 2013". En effet, la famille est entrée dans le cadre de la convention fiscale franco-américaine de 1994 en "passant plus de six mois par an dans sa villa de Pacific Palisades, à Los Angeles, et en payant les taxes sur ses dépenses faites aux Etats-Unis".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter