Affaire Hollande-Gayet : le parquet de Nanterre ouvre une enquête

Affaire Hollande-Gayet : le parquet de Nanterre ouvre une enquête

People
DirectLCI
GAYETGATE - Le parquet de Nanterre annonce avoir ouvert une enquête après la publication d'une photo de Julie Gayet au volant de sa voiture dans le magazine Closer du 17 janvier.

Julie Gayet attaque sur deux flancs. Après avoir déposé plainte après la publication de photos dans le magazine Closer en date du 17 janvier, le parquet de Nanterre a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", a indiqué le procureur de la République de Nanterre, le procureur Robert Gelli confirmant une information du Monde.

Cette enquête préliminaire vise non pas la première série de photos montrant l'actrice et le président de la République mais la série de photos parue dans le numéro de Closer en kiosques le 17 janvier dernier, a annoncé mardi Robert Gelli.

Deux affaires distinctes 

Le 17 janvier dernier, soit une semaine après la révélation de la liaison entretenue par François Hollande et Julie Gayet, le magazine publiait une nouvelle édition en affirmant que la liaison entre le président et l'actrice durait depuis deux ans. Cette série de photos montre Julie Gayet au volant de sa voiture, un lieu considéré comme privé par la jurisprudence de la Cour de Cassation. L'enquête a été confiée aux policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. 

Cette nouvelle offensive judiciaire de la comédienne de 41 ans est distincte du procès au civil pour atteinte à la vie privée qui l'opposera au magazine le 6 mars devant le tribunal de grande instance de Nanterre. Dans cette affaire, elle réclame 50.000 euros de dommages et intérêt, 4.000 euros pour les coûts de procédure, ainsi qu'une publication judiciaire sur la moitié de la couverture du magazine, propriété de Mondadori France, dont le siège se situe à Montrouge dans les Hauts-de-Seine.

L'actrice avait déposé une première plainte contre X, en mars, pour identifier les auteurs des rumeurs lui prêtant une relation présumée avec le président. Une enquête, lancée par le parquet de Paris, a été classée sans suite en août, selon une source judiciaire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter