Anthony Kavanagh : il en a ras-le-bol qu'on assimile les musulmans à des voyous

People

PAS CONTENT – Bientôt en tournée dans toute la France avec son one-man-show, le Canadien Anthony Kavanagh s'est confié au quotidien "Nice-Matin". L'occasion de pousser un petit coup de gueule contre l'atmosphère qui règne en France, où "l’on parle très peu des bons côtés de l’humanité".

Parfois, Anthony Kavanagh n'a pas envie de rire. Alors qu'il lancera le 15 octobre une grande tournée dans toute la France, l'humoriste canadien en a donné un avant-goût au public de Saint-Raphaël, ce mardi. L'occasion d'un entretien sans concession à nos confrères de Nice Matin. Où l'intéressé livre un regard un peu déprimé sur le climat actuel dans son pays d'adoption. "Ce que je vois, c’est que l’on nous bombarde de mauvaises nouvelles, que l’on nous incite à être pessimiste et négatif. On essaie de nous faire croire au "tous pourris", à la méfiance générale", déplore-t-il.

L'humour ? C'est "un lubrifiant"

Lorsqu'on lui demande s'il a un coup de gueule à pousser , l'ancien candidat de "Danse avec les stars" se lâche : "La société tente de nous endormir, nous bourre le cerveau d’infos inutiles et nous inonde de mots-clés et d’images choc. Mais l’on parle très peu des bons côtés de l’humanité. Le cas des extrémistes est un bon exemple", dit-il. "On pointe toujours du doigt des "criminels" et "voyous", mais l’on ne parle pas de ces Français de confession musulmane qui réussissent et œuvrent pour la France. Nous sommes dans une logique: diviser pour mieux régner. Et ça me rend fou !".

Reste que pour lui, tout n'est pas perdu. "Je crois l’être humain fondamentalement bon et ce n’est pas parce qu’une minorité de mauvaises graines pourrissent le jardin qu’il faut tirer des généralités !", insiste-t-il. Et si la solution passait par l'humour ? "Je pense que c’est le moyen le plus facile de faire passer un message difficile. C’est une sorte de lubrifiant (rires). L’écrivain Mark Twain disait : 'Devant l’assaut de l’humour, rien ne peut résister!'".

A LIRE AUSSI
>>
Anthony Kavanagh : "Je viens d'une famille plus Bouley que Lepic"

Lire et commenter