Après les accusations de viol, une partie de l'industrie du porno lâche James Deen

Après les accusations de viol, une partie de l'industrie du porno lâche James Deen

DirectLCI
SCANDALE - Après les accusations de viol et d'agressions sexuelles, à l'encontre de l'acteur James Deen, une partie de l''industrie du porno tourne le dos à la star du cinéma pour adultes.

Un coup dur de plus pour l'acteur de films porno James Deen. Après les accusations de viol et agressions sexuelles de trois actrices dont Stoya, sa petite amie , l'acteur est dans une très mauvaise passe. C'est désormais une bonne partie de l'industrie du X qui le lâche. 

S'il nie les allégations de Stoya et Tori Lux qui l'accusent respectivement de viol et d'agressions sexuelles, l'homme se retrouve au centre d'un scandale qui pourrait lui coûter sa carrière de "chouchou" du cinéma pour adultes.

Le site The Frisky met un terme à leur collaboration avec James Deen 

Au lendemain des accusations de son ex-compagne, The Frisky , un site américain sur lequel l'acteur dispensait des conseils dans une rubrique intitulée "what would james deen do", (ce que ferait James Deen), a décidé de mettre un terme à leur collaboration. Le site justifie sa décision de ne plus publier les conseils de l'acteur car "ce dont il est accusé par Stoya et les nombreuses femmes que je respecte m'ont dit qu'elles connaissaient d'autres femmes à qui James Deen avait fait la même chose, me rend malade", écrit Amelia McDonell-Parry.

À LIRE AUSSI >> Le billet d'Ovidie au sujet de James Deen 

Se positionnant clairement en faveur de Stoya qui, selon elle, n'a pas besoin de donner des preuves du viol, "Le tribunal public n'est pas le même que celui du droit mais je n'ai pas besoin que Stoya ou d'autres femmes m'apportent la preuve de leur viol pour les croire", poursuit-elle. "Je crois les femmes. Point final", conclue-t-elle.

Kink.com et Evil Angel lâchent James Deen 

Dans la foulée des accusations d'Ashley Fires qui accuse l'acteur d'agression sexuelle, le studio Kink.com a publié un communiqué indiquant qu'il coupait tout lien avec James Deen. "Pour la communauté Kink, et plus largement, la communauté BDSM, le consentement mutuel et le respect sont de sacro-saintes attitudes. Kink.com met un terme avec effet immédiat à sa collaboration avec Deen, en tant qu'acteur et producteur", indique le communiqué. "Nous artistes ne méritent pas seulement des tournages safe, mais également la possibilité de travailler sans la crainte d'une agression sexuelle et de viol. Cela ne doit pas être accepté comme étant un danger dans l'industrie du cinéma pour adultes", précise celui-ci. 

Une autre compagnie, Evil Angel a emboité le pas de Kink.com et a décidé de "ne vendre aucune vidéo avec James Deen", explique John Stagliano, PDG de la société. "Les accusations dont il fait l'objet sont contraires aux valeurs de notre compagnie et nous avons donc décidé de suspendre les ventes jusqu'à obtenir de plus amples informations", dit-il. Pour l'heure, James Deen, garde le silence au sujet de ces accusations. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter