Beyoncé raconte son accouchement chaotique et prône l'amour des formes généreuses

Beyoncé raconte son accouchement chaotique et prône l'amour des formes généreuses

DirectLCI
BODY-POSI - Star de la célèbre "Edition de septembre" du magazine "Vogue", Beyoncé ne cache rien de sa césarienne d'urgence pour donner naissance aux jumeaux Rumi et Sir l'an dernier. Ni de la manière dont cette grossesse a changé le rapport qu'elle entretient avec son corps. "Je pense que c'est important pour les femmes et les hommes de voir et d'apprécier la beauté des corps naturels", dit-elle.

S'accepter tel que l'on est. La leçon peut sembler simple mais prend encore plus d'impact quand elle est délivrée par Queen B herself. Beyoncé, qui s'offre la couverture de la très attendue "Septembre Issue" - l'édition de septembre - numéro le plus important de l'année du magazine Vogue, livre un essai puissant sur son corps et la relation qu'elle entretient avec. Notamment après sa grossesse gémélaire qui n'a pas été des plus simples. "Je pesais 98 kilos le jour où j'ai donné naissance à Rumi et Sir. J'étais gonflée à cause d'une toxémie et j'étais alitée depuis presqu'un mois. Ma santé et celle de mes bébés étaient en danger, donc j'ai eu une césarienne d'urgence", raconte-t-elle.

J'ai embrassé le fait d'être plus ronde. J'ai accepté ce que mon corps voulait êtreBeyoncé

Il lui a fallu des mois pour apprécier sa nouvelle maternité et quitter ce "mode de survie" dans lequel elle était. "Après la césarienne, mon intérieur semblait différent. J'ai eu une lourde opération. Certains organes sont temporairement déplacés, et dans de rares cas, enlevés temporairement pendant l'accouchement. Je ne suis pas sûre que tout le monde comprenne ça. J'avais besoin de temps pour me soigner, pour guérir", poursuit-elle dans un récit à la première personne qui ne cache rien. C'est là qu'est intervenu le changement. L'acceptation de ce nouveau corps, de ces nouvelles formes. "J'ai embrassé le fait d'être plus ronde. J'ai accepté ce que mon corps voulait être", se souvient-elle.

Alors qu'après la naissance de Blue Ivy elle avait enchaîné les séances de gym pour perdre ses kilos de grossesse, Beyoncé affirme avoir cette fois-ci été "patiente avec elle-même". "J'aime mes courbes plus rondes. Mes enfants et mon mari aussi", ajoute-t-elle, louant ses "bras, épaules, seins, cuisses plus remplis". "J'ai un petit bidon de maman et je ne suis pas pressée de le perdre. C'est quelque chose de vrai", s'enorgueillit-elle. Avant de lâcher : "je pense que c'est important pour les femmes et les hommes de voir et d'apprécier la beauté des corps naturels", lâche-t-elle. Un nouvel état d'esprit qui se retrouve dans toutes les photos prises par Tyler Mitchell - premier photographe noir à signer la couverture du magazine en 126 ans d'existence - pour accompagner son récit. Aucune perruque, aucune extension et "très peu de maquillage".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter