#BoycottMulan : Liu Yifei, l'actrice de Disney, dans la tourmente après son soutien à la police de Hong Kong

People

Toute L'info sur

Hong Kong se soulève contre Pékin

POLÉMIQUE - Liu Yifei, l'actrice qui incarne Mulan dans le prochain remake de Disney, est la cible de plusieurs milliers de messages sur les réseaux sociaux. En cause : son soutien manifeste à la police de Hong Kong, alors que cette dernière est accusée d'un recours excessif à la force pour réprimer les manifestations pro-démocratie.

#BoycottMulan s'est répandu comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux ces dernières heures. Dans le viseur des internautes : Liu Yifei, la star de la nouvelle version du dessin animé "Mulan", adapté en film par Disney et dont la sortie est prévue en mars 2020.

Mercredi 14 août, l’actrice sino-américaine de 31 ans, a en effet publié un message sur Weibo -l'équivalent chinois de Facebook ou Twitter- qui n'a pas été très bien accueilli par ses 65 millions de followers. "Moi aussi je soutiens la police de Hong Kong !" y écrit-elle, avec un hashtag #JeSoutiensAussiLaPoliceDeHongKong ponctué d'un emoji cœur.

Son exclamation, déjà explicite, accompagne le partage d'un article du People's Daily, l'organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois. Il est intitulé : "Je soutiens la police de Hong Kong ! Vous pouvez m'attaquer si vous voulez, mais quelle honte pour Hong Kong". Un soutien mal placé pour certains, car la police de Hong Kong est justement accusée de violenter des citoyens dans les manifestations pro-démocratie qui agitent la ville.

Trendic Topic

Les réactions n'ont donc pas tardé. Plusieurs milliers de partages et de commentaires ont fait passer l'affaire en "Trending Topic" sur Twitter ce vendredi 16 août. Le hashtag #BoycottMulan s'est alors imposé comme un moyen de pression sur l'actrice, encourageant notamment les internautes à ne pas aller voir le long-métrage lors de sa sortie.

"L’actrice Disney de Mulan, Liu Yifei, supporte la brutalité et l'oppression de la police de Hong Kong. Liu est une citoyenne américaine, tant mieux pour elle. Mais pendant ce temps, elle crache sur les gens qui se battent pour la démocratie. Partagez ça, Hong Kong manque de soutien. #BoycottMulan", rédige ainsi un internaute basé à Buenos Aires.

Son tweet est relayé des centaines de fois, avec des messages d'approbation. Comme cette jeune londonienne qui renchérit : "J’étais contente quand @DisneyStudios a annoncé qu’ils réalisaient un nouveau “Mulan”. C’était mon héroïne d’enfance. Cela me déçoit de voir que l’actrice qui l’interprète n’a pas d’empathie pour les manifestants de Hong Kong. Ils se battent pour leur pays comme Mulan !"

Vivant et travaillant dans un pays libre, mais supportant un régime tyrannique depuis chez elle- Compte twitter @paulvangentcom, le 16 aout

Parmi les reproches adressés à la jeune actrice, sa position privilégiée revient régulièrement. Certains internautes notent ainsi l'hypocrisie de "supporter un régime totalitaire depuis chez elle" contre les Hong-Kongais qui se battent pour des droits dont elle jouit librement aux Etats-Unis. Rappelons que mardi 13 et jeudi 15 août, des épisodes particulièrement violents ont été relayés par les médias du monde entier.

Voir aussi

Une position incompatible avec les convictions de Mulan

D'autres utilisateurs de Twitter soulèvent la contradiction avec le personnage de Mulan, que Liu Yifei est censée incarner. Dans le dessin animé, elle s'engage en effet corps et âme dans la bataille avec pour seul objectif de protéger et sauver son peuple. Une raison suffisante pour refuser de voir le prochain remake de Disney si l'actrice reste à l'affiche. La firme a pourtant peu de marge de manœuvre, le film ayant déjà été tourné. Certains ont même une petite pensée émue pour toute l'équipe derrière le long-métrage, qui voit, selon eux, son dur labeur "gâché par les actions d'une seule personne".  Si l'on imagine facilement la panique dans les locaux Disney, ni la maison ni l'actrice principale n'ont pour l'instant réagi à la polémique.

Lire aussi

C'est la seconde fois qu'une grande firme du cinéma est prise à partie malgré elle dans des débats politiques internationaux. En 2014, l'actrice Gal Gadot, qui campait le personnage Wonder Woman pour Warner, s'était positionnée pour l'armée Israélienne dans le conflit à Gaza, provoquant un tollé semblable.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter