"My precious !" : l’acteur Andy Serkis parodie Theresa May avec la voix de Gollum

People
HUMOUR - Theresa May star d’une nouvelle version du "Seigneur des Anneaux" ? Presque. Dans une parodie aussi glaçante que réussie, le comédien Andy Serkis incarne le Premier ministre britannique avec la voix de Gollum, l’accord sur le Brexit en guise de cadeau empoisonné…

La caméra s’approche de Theresa May de dos, assise, en tailleur bleu dans un canapé du 10, Downing Street. Tête baissée, elle n’a pas un mot pour le majordome qui vient lui apporter une copie de l’accord sur le Brexit, que devait voter le Parlement britannique ce lundi. Pas un mot, mais un grognement que les fans du "Seigneur des Anneaux" ont vite reconnu. 


Et pour cause : sous la chevelure grisonnante du Premier ministre britannique se cache en réalité le comédien Andy Serkis qui emploie la voix de Gollum, le héros maudit de Tolkien, dans cette étonnante parodie réalisée par des opposants à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Un clip qui tombe à pic

"My precious (Mon précieux) !", susurre Theresa May à propos du texte. "Nous reprenons le contrôle – l’argent, les frontières, les lois, les passeports bleus (leur couleur avant l’adhésion à l’UE, ndlr)." Mais comme Gollum avec Sméagol, celui qu’il était avant d’être perverti par l’anneau, le Premier ministre a des scrupules : "Non, ça fera du mal aux gens, ça les rendra encore plus pauvres !"


Postée sur Youtube et partagée par Andy Serkis sur ses réseaux sociaux, la vidéo cumule déjà plus de 500.000 vues en quelques heures. Elle tombe à pic puisque Theresa May a annoncé dans l’après-midi de lundi au Parlement le report du vote sur l’accord conclu avec Bruxelles.

"J'irai voir mes homologues des autres pays membres" de l'Union européenne pour "discuter avec eux des préoccupations exprimées par cette assemblée", a expliqué le Premier ministre. Cette décision, due aux fortes résistances rencontrées ces dernières semaines par le texte, a aussitôt entraîné une chute de la livre sterling.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Brexit : goodbye United Kingdom

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter