Britney Spears et Sam Lufti : contre un gros chèque, la guerre est terminée

People
FIN DE L'HISTOIRE - Depuis sept ans, Britney Spears et Sam Lufti se battaient devant la justice au sujet d’une plainte pour diffamation datant de 2009. L’ancien manager de la star reprochait aux proches de la chanteuse d’avoir été tenu responsable de sa descente aux enfers. Un gros chèque l'a fait changer d'avis.

Sept ans de réflexion et une conclusion qui convient à tout le monde. Depuis de nombreuses années, Britney Spears et Sam Lufti étaient en procès. Sam Lufti accusait les proches de la star de le tenir responsable de sa descente aux enfers, datant de 2008. Une période noire pour la chanteuse qui a plongé dans une profonde depression avant d'être hospitalisée. 


A l'époque, Britney Spears essuyait l’échec d’un mariage avec Kevin Federline, se battait pour obtenir la garde de ses fils, avait été séparée de ses parents et c’est à ce moment-là, qu’elle aurait consommé de la drogue. Un état psychologique extrêmement fragile qui avait débouché sur l'affaire du coiffeur où on avait assisté à une crise de la star qui s'était rasé les cheveux devant les photographes et avait attaqué une voiture avec un parapluie. 

Un gros chèque et puis c'est tout

Face à la fragilité de la star, sa famille avait décidé, avec l'aide de la justice de la mettre sous tutelle : ce qui signifiait que c'est Jamie, le père de la chanteuse qui controlait et gérait les aspects de sa vie, notamment sur le plan financier. Mais Sam Lufti était toujours tenu responsable de son état et ce dernier avait attaqué en justice. D'après sa version des faits, la drogue était le principal problème de la star et c'est ce qui l'avait conduit à cet état de faiblesse psychologique. 


Il avait argué à l'époque qu'il avait lui-même tenté de la sortir de cette spirale infernale. En 2012, la justice avait classé sa plainte pour diffamation et dans la foulée, ce dernier avait attaqué une seconde fois pour des arriérés de paiements et le procès devait se tenir le mois prochain. L'affaire a désormais trouvé une issue : TMZ affirme que Britney Spears a signé un gros chèque à six chiffres (moins de 500.000 dollars, selon la publication) à Lufti. La page est désormais tournée. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter